Cancer du sein métastatique : l’association fulvestrant et anastrozole permet de prolonger la survie

  • Mehta RS & al.
  • N Engl J Med
  • 28 mars 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association fulvestrant et anastrozole s’avère plus performante que l’anastrozole seul lors de l’analyse finale de la SG de cet essai contrôlé randomisé mené auprès de femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein métastatique (CSm) à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs.
  • La SG à trois ans était marginalement significative lors de la précédente analyse de la SG (P = 0,05), mais cette analyse finale à sept ans révèle une SG plus longue et plus significative (P = 0,03).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que l’association fulvestrant et anastrozole devrait constituer une alternative thérapeutique de première intention dans le cadre du traitement du CSm HR+.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé (n = 694) a été mené afin d’évaluer les bénéfices de l’ajout de fulvestrant, un régulateur négatif sélectif du récepteur des œstrogènes, à l’anastrozole, un inhibiteur de l’aromatase. Ce traitement d’association pourrait permettre de surmonter la résistance à l’anastrozole.
  • Financement : NIH ; AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Le traitement d’association a permis d’obtenir une SG médiane plus longue (49,8 contre 42,0 mois pour l’anastrozole seul ; RR de décès : 0,82 ; P = 0,03), malgré le fait que 45 % des patientes recevant de l’anastrozole seul ont changé de traitement pour recevoir du fulvestrant.
    • L’analyse des sous-groupes a révélé que le traitement d’association présentait encore davantage de bénéfices chez les patientes n’ayant jamais reçu de traitement par tamoxifène (n = 414 ; SG : 52,2 contre 40,3 mois ; RR : 0,73 ; IC à 95 % : 0,58–0,92).
    • Le traitement d’association n’était pas plus efficace que l’anastrozole seul dans le sous-groupe de patientes ayant déjà fait l’objet d’un traitement par tamoxifène (n = 280 ; SG : 48,2 contre 43,5 mois ; RR : 0,97 ; IC à 95 % : 0,74–1,27).

Limites

  • Aucune identifiée.