Cancer du sein métastatique HR+ : l’association palbociclib, exémestane et leuprolide s’avère supérieure à la capécitabine

  • The Lancet Oncology

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association palbociclib et endocrinothérapie (ET), à base d’exémestane et de suppression de la fonction ovarienne par agoniste de l’hormone de libération des gonadotrophines (leuprolide), prolonge la survie de six mois, comparativement à la chimiothérapie à base de capécitabine seule, dans le cadre du cancer du sein métastatique (CSm) à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs avant la ménopause.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que les recommandations cliniques indiquent que l’endocrinothérapie est l’option de traitement prioritaire, la capécitabine est de plus en plus utilisée en pratique réelle chez les patientes atteintes d’un CSm avant ou après la ménopause.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé de phase II multicentrique (n = 178) a été mené en Corée afin de comparer l’association palbociclib (125 mg/jour pendant 21 jours sur un cycle de 4 semaines), exémestane (25 mg/jour pendant 28 jours) et leuprolide (3,75 mg par voie sous-cutanée toutes les 4 semaines) à la capécitabine (1 250 mg/m2 2 fois par jour pendant 2 semaines sur un cycle de 3 semaines).
  • Le critère d’évaluation principal était la survie sans progression (SSP).
  • Financement : Pfizer ; autres promoteurs issus de l’industrie.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 17 mois (intervalle interquartile : 9–22 mois).
  • Dans le groupe traitement combiné, la SSP médiane était de 20,1 mois (IC à 95 % : 14,2–21,8), contre 14,4 mois (IC à 95 % : 12,1–17,0) dans le groupe chimiothérapie (rapport de risque [RR] : 0,659 ; IC à 95 % : 0,437–0,994).
  • Le traitement combiné était associé à un taux plus élevé de neutropénie liée au traitement de grade 3 ou supérieur (75 %, contre 16 % dans le groupe chimiothérapie), mais à un taux plus faible d’événements indésirables graves liés au traitement (2 % contre 17 %, respectivement).

Limites

  • Protocole en ouvert.