Cancer du sein métastatique HER2+ : l’atézolizumab n’améliore pas la SSP dans l’essai de phase II KATE2

  • Emens LA & al.
  • Lancet Oncology
  • 1 oct. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’immunothérapie à base d’atézolizumab et de trastuzumab emtansine n’a pas augmenté la survie sans progression (SSP), par rapport à la combinaison placebo et trastuzumab emtansine, chez des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique (CSm) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-positive, HER2+) préalablement traité, selon l’essai de phase II KATE2.
  • L’étude a été arrêtée prématurément pour cause de futilité et en raison d’un nombre d’événements indésirables (EI) plus élevé dans le groupe de l’atézolizumab.

Pourquoi est-ce important ?

  • D’autres recherches sont nécessaires, en particulier dans le sous-groupe de patientes atteintes d’une maladie exprimant le ligand 1 de mort programmée, car une analyse des sous-groupes n’a pas pu être réalisée dans cette étude de phase II.

Méthodologie

  • Un essai de phase II randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo a été mené dans 68 centres en Amérique du Nord, en Asie, en Australie et en Europe occidentale (n = 202).
  • Les patientes préalablement traitées par trastuzumab et par un taxane ont été affectées de manière aléatoire au trastuzumab emtansine (3,6 mg/kg) associé à de l’atézolizumab (1 200 mg) ou au trastuzumab emtansine associé à un placebo.
  • Tous les médicaments à l’étude ont été administrés par voie intraveineuse toutes les trois semaines.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 8,5 mois avec le groupe de l’atézolizumab et de 8,4 mois avec le groupe du placebo.
  • Le groupe de l’atézolizumab n’a pas présenté une SSP supérieure :
    • La SSP médiane était de 8,2 mois pour le groupe de l’atézolizumab, contre 6,8 mois pour le groupe du placebo.
    • Rapport de risque (RR) : 0,82 (P = 0,33).
  • Les EI de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquents dans le groupe de l’atézolizumab, comparativement au groupe du placebo, comprenaient :
    • la thrombopénie (13 %, contre 4 %, respectivement) ;
    • l’augmentation de l’aspartate aminotransférase (8 %, contre 3 %) ; et
    • l’anémie (5 %, contre 0 %).

Limites

  • L’étude a été arrêtée prématurément.