Cancer du sein métastatique ER+ : l’association dasatinib et létrozole se montre prometteuse dans un essai de phase II

  • Paul D & al.
  • NPJ Breast Cancer
  • 1 janv. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le dasatinib, un inhibiteur des kinases de la famille Src, se montre prometteur lorsqu’il est associé au létrozole, car il augmente le taux de bénéfice clinique (TBC), d’après un essai de phase II non comparatif mené auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique à récepteurs des œstrogènes (Estrogen Receptors, ER) positifs et à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le dasatinib pourrait fonctionner en prévenant la résistance acquise au traitement par inhibiteur de l’aromatase (IA), qui est associée à une mortalité plus élevée.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II non comparatif, à groupes parallèles (n = 120) a été mené avec l’association dasatinib (100 mg/jour par voie orale) et létrozole (2,5 mg/jour par voie orale) et du létrozole seul. Les patientes présentant une progression de la maladie sous létrozole seul étaient autorisées à passer à l’association dasatinib et létrozole.
  • Le TBC était défini comme la somme des réponses complètes, des réponses partielles et des maladies stables pendant au moins six mois.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb.

Principaux résultats

  • L’association létrozole et dasatinib a obtenu un TBC plus élevé que prévu (71 % [IC à 95 % : 58–83 %], contre un TBC prévu pour l’association de 56 %).
  • Le létrozole seul a obtenu un TBC plus élevé que prévu (66 % [IC à 95 % : 52–77 %], contre un TBC prévu de 39 %).
    • Dans le groupe croisé (n = 35), le TBC était de 23 % et la survie sans progression (SSP) médiane de 3,7 mois.
  • L’association létrozole et dasatinib a obtenu une SSP médiane de 20,1 mois, contre 9,9 mois pour le létrozole seul.
  • L’association létrozole et dasatinib a obtenu une survie globale (SG) médiane de 48,6 mois, contre 41,9 mois pour le létrozole seul.

Limites

  • Protocole non comparatif.
  • Aucun placebo n’était associé au létrozole.