Cancer du sein : les réductions posologiques sont associées à une survie plus défavorable avec un traitement adjuvant par FEC-D

  • Veitch Z & al.
  • J Natl Compr Canc Netw
  • 1 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une dose cumulée totale (DCT) inférieure à 85 % avec une chimiothérapie adjuvante de troisième génération à base d’anthracyclines/de taxanes réduit la survie d’environ 50 %, comparativement aux doses supérieures ou égales à 85 %, chez les femmes atteintes d’un cancer du sein précoce.
  • Cet effet était principalement dû aux réductions posologiques précoces.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude visant à déterminer l’effet de survie associé aux réductions posologiques avec la chimiothérapie de troisième génération.
  • Une association similaire a déjà été établie avec la chimiothérapie adjuvante de première et de seconde génération.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective composée de 1 302 patientes canadiennes atteintes d’un cancer du sein précoce (à récepteurs hormonaux [Hormone Receptors, HR] positifs/négatifs, à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain [Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2] négatif) a été analysée.
  • La DCT pour le schéma adjuvant 5-fluorouracile/épirubicine/cyclophosphamide suivi de docétaxel (FEC-D) a été calculée pendant six cycles.
  • Les réductions posologiques précoces (FEC ± D) ont été comparées aux réductions posologiques tardives (D uniquement).
  • Financement : aucun renseigné.

Principaux résultats

  • Seules 16 % des patientes de la cohorte ont reçu une DCT inférieure à 85 %.
  • À l’analyse multivariée, une DCT inférieure à 85 %, comparativement à une DCT supérieure ou égale à 85 %, était associée à une réduction de près de 50 % de la SSM (rapport de risque [RR] : 1,449 ; P = 0,040) et de la SG (RR : 1,491 ; P = 0,043).
  • Les réductions précoces de la dose cumulée (doses cumulées de FEC ± D inférieures à 100 % au cours des cycles 1–3 ; doses cumulées de D inférieures à 85 % au cours des cycles 4–6 ; comparativement à aucune réduction de dose : doses cumulées de FEC ± D = 100 % au cours des cycles 1–3 ; doses cumulées de D supérieures ou égales à 85 % au cours des cycles 4–6) étaient associées à une réduction de près de 50 % de la SSM (RR : 1,458 ; P = 0,073) et de près de 75 % de la SG (RR : 1,774 ; P = 0,011).
  • Les réductions tardives de la dose cumulée (doses cumulées de FEC ± D = 100 % au cours des cycles 1–3 ; doses cumulées de D inférieures à 85 % au cours des cycles 4–6) n’ont pas eu d’incidence sur la SSM ou la SG.

Limites

  • Protocole observationnel.