Cancer du sein : les patientes se portent mieux après une tumorectomie qu’après une mastectomie

  • Davis LE & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 16 mars 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patientes qui font l’objet d’une mastectomie, comparativement à celles faisant l’objet d’une tumorectomie associée à une radiothérapie (RT), pour un cancer du sein précoce, rapportent des symptômes similaires au cours des cinq premiers mois suivant la chirurgie, après quoi la mastectomie est associée à une augmentation cliniquement significative des scores modérés à sévères pour la dépression, le manque d’appétit et les difficultés respiratoires.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude de cohorte à évaluer les symptômes rapportés par les patientes au cours de la première année suivant l’intervention.
  • Les patientes doivent être informées des risques plus élevés associés à la mastectomie, étant donné que celle-ci est de plus en plus utilisée.

Protocole de l’étude

  • Une étude populationnelle a été menée auprès de 13 865 femmes atteintes d’un cancer du sein de stade I–II et faisant l’objet d’une tumorectomie avec RT (n = 11 497) ou d’une mastectomie (n = 2 368), dans les centres régionaux de cancérologie de l’Ontario.
  • Critère d’évaluation principal : symptômes rapportés par les patientes modérés à sévères (score supérieur ou égal à 4) sur l’échelle d’évaluation des symptômes d’Edmonton (Edmonton Symptom Assessment System, ESAS) à 9 items au cours des 12 mois de suivi.
  • Financement : Action Cancer Ontario.

Principaux résultats

  • Les symptômes rapportés par les patientes étaient similaires dans les deux groupes pendant les cinq premiers mois, puis une différence est apparue.
  • À l’analyse multivariée, la mastectomie était associée à une augmentation cliniquement significative (RC supérieur ou égal à 10 %) du risque de dépression modérée à sévère (risque relatif [RR] : 1,19 ; IC à 95 % : 1,09–1,30), de perte d’appétit modérée à sévère (RR : 1,11 ; IC à 95 % : 1,03–1,20) et de difficultés respiratoires modérés à sévères (RR : 1,16 ; IC à 95 % : 1,04–1,28).

Limites

  • Étude observationnelle dans sa conception.
  • Les données concernant la dissection des ganglions lymphatiques et la biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles étaient exclues.