Cancer du sein : les mutations pilotes sont liées à la réponse aux médicaments ainsi qu’au pronostic

  • Luen SJ & al.
  • JAMA Oncol
  • 14 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Deux altérations pilotes somatiques (amplifications de 11q13 et de 8p11) dans l’ADN tumoral ont prédit un risque accru de récidive, et une autre altération (mutation de PIK3CA) a prédit un bénéfice supérieur du létrozole chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein précoce positif au récepteur hormonal (Hormone Receptor, HR) et négatif au récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’analyse de l’ADN apporte des informations sur le pronostic et pourrait aider la prise de décisions thérapeutiques.

Protocole de l’étude

  • Analyse secondaire des échantillons tumoraux de 764 patientes au moyen d’un séquençage de nouvelle génération.
  • Les patientes avaient été affectées de manière aléatoire au létrozole, au tamoxifène ou à une stratégie séquentielle pendant cinq ans dans le cadre de l’essai 1-98 du Groupe international du sein (Breast International Group, BIG), et avaient été suivies pendant une durée médiane de 8,1 ans.
  • Financement : Novartis ; Fondation Susan G. Komen (Susan G. Komen Foundation) ; Société suédoise du cancer ; Conseil sur le cancer d’Australie (The Cancer Council Australia).

Principaux résultats

  • Seulement 70,4 % des 764 échantillons ont pu faire l’objet d’un séquençage, les mutations PIK3CA constituant l’altération pilote la plus courante dans 49 % des échantillons.
  • Les amplifications de 11q13 (RR : 1,72 ; P = 0,01) et de 8p11 (RR : 2,00 ; P = 0,004) ont prédit un risque accru de récidive à distance dans le cadre d’une analyse multivariée avec des ajustements selon l’âge, la taille de la tumeur, le statut ganglionnaire et le grade.
  • Les mutations de la kinase ou du domaine hélicoïdal de PIK3CA ont prédit un bénéfice supérieur du létrozole plutôt que du tamoxifène, par rapport à l’absence de ces mutations PIK3CA (Pinteraction = 0,002).

Limites

  • Capacité limitée en termes d’étude de sous-groupes ou d’altérations peu fréquentes.
  • Tous les échantillons n’ont pas fait l’objet d’un séquençage.