Cancer du sein : les femmes atteintes d’une schizophrénie sont deux fois moins susceptibles de faire l’objet d’un dépistage

  • Hwong A & al.
  • Psychiatr Serv
  • 14 nov. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les femmes atteintes d’une schizophrénie sont 50 % moins susceptibles de recevoir une mammographie de dépistage que les femmes sans schizophrénie, selon une méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats pourraient expliquer pourquoi les femmes atteintes d’une schizophrénie semblent recevoir des diagnostics du cancer du sein à des stades plus avancés de la maladie.
  • Les cliniciens de soins en médecine générale doivent être alertés du problème et être plus vigilants quant au dépistage du cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 11 études (n = 25 447), identifiées après une recherche dans les bases de données PubMed, Embase, Web of Science et PsycINFO.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Les femmes atteintes d’une schizophrénie sont 50 % moins susceptibles de recevoir une mammographie de dépistage (rapport de cotes [RC] combiné : 0,50 ; IC à 95 % : 0,38–0,64 ; I2 = 96,4 %).
    • L’analyse des sous-groupes n’a pas altéré les conclusions de façon notable, avec des résultats similaires dans les études de qualité faible à moyenne (RC : 0,48 ; IC à 95 % : 0,36–0,65) et les études de haute qualité (RC : 0,51 ; IC à 95 % : 0,31–0,85).

Limites

  • Hétérogénéité importante parmi les études.