Cancer du sein : les calcifications vermiculaires à la mammographie sont associées à un pronostic défavorable

  • Li Y & al.
  • Sci Rep
  • 22 juil. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La présence de calcifications vermiculaires, un sous-type de microcalcifications, à la mammographie peut indiquer un pronostic plus défavorable dans le cadre du cancer du sein (CS), notamment une réduction de la survie sans maladie (SSM) et de la SG.

Pourquoi est-ce important ?

  • La présence de calcifications vermiculaires à la mammographie est un facteur pronostique indépendant qui peut justifier l’administration d’un traitement plus agressif.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 1 155 patientes atteintes d’un CS invasif et qui ont fait l’objet d’une chirurgie définitive du CS a été analysée.
  • Financement : Fondation des sciences naturelles de Pékin ; autres.

Principaux résultats

  • 11,8 % des patientes de la cohorte présentaient des calcifications vermiculaires à la mammographie.
  • Les calcifications vermiculaires étaient plus susceptibles d’être associées :
    • aux métastases ganglionnaires axillaires, comparativement à l’absence de métastase (rapport de cotes [RC] : 1,98 ; P = 0,001) ;
    • à la négativité du récepteur des œstrogènes, comparativement à sa positivité (RC : 1,49 ; P = 0,035) ;
    • à la surexpression du récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2), comparativement au HER2 négatif (RC : 2,39 ; P 
    • à une tendance vers un grade histologique supérieur (G2 contre G1 ; RC : 1,62 ; P = 0,063).
  • Le groupe avec calcifications vermiculaires, après une durée de suivi médiane de 60 mois, était associé à :
    • une SSM plus courte, comparativement au groupe sans calcifications vermiculaires (78,34 % contre 90,50 % ; rapport de risque [RR] corrigé : 1,65 ; P = 0,024) ;
    • une SG plus courte, comparativement au groupe sans calcifications vermiculaires (84,53 % contre 96,80 % ; RR corrigé : 1,95 ; P = 0,026).

Limites

  • Étude monocentrique.