Cancer du sein : les bisphosphonates réduisent le risque de fracture induite par les IA

  • Pineda-Moncusí M & al.
  • J Bone Miner Res
  • 9 oct. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une grande étude de cohorte espagnole réaffirme que le risque de fracture associé aux inhibiteurs de l’aromatase (IA) est plus élevé que celui associé au tamoxifène (TAM), dans le cadre du cancer du sein précoce (CSp) à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptors-Positive, HR+).
  • Dans le sous-ensemble de patientes traitées par IA présentant un risque élevé de fracture, les bisphosphonates ont réduit le risque de fracture d’environ 30 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent l’importance de l’évaluation du risque de fracture, et son traitement avec des bisphosphonates, chez les patientes ostéoporotiques atteintes d’un CSp HR+ traitées par IA.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective basée sur les données réelles de soins en médecine générale (n = 36 472) de patientes atteintes d’un CSp HR+ et traitées par IA ou TAM, issues de la base de données du Système catalan pour le développement de la recherche en soins en médecine générale (SIDIAP), entre 2006 et 2015, a été analysée.
  • Les rapports de risque (RR) de fracture ont été calculés à partir des patientes appariées selon le score de propension (RR). Dans le cadre de l’analyse de sensibilité, une correction a été apportée pour prendre en compte le risque concurrent de décès (RR de sous-distribution [RRS]).
  • Financement : Fonds européen de développement régional ; Institut national britannique pour la recherche en matière de santé (National Institute for Health Research) ; autres.

Principaux résultats

  • Chez les femmes ménopausées, le risque de fracture était environ 40 % plus élevé chez les patientes traitées par IA que chez celles traitées par TAM (RR : 1,40 [IC à 95 % : 1,05–1,87] ; et RRS : 1,48 [IC à 95 % : 1,11–1,98]).
  • Dans le sous-ensemble de patientes présentant un risque élevé de fracture sous IA (en raison de l’ostéoporose ; n = 4 153), les bisphosphonates ont réduit le risque de fracture d’environ 30 % (RR : 0,73 [IC à 95 % : 0,51–1,04] ; et RRS : 0,69 [IC à 95 % : 0,48–0,98]).

Limites

  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Aucune donnée sur la gravité ou le grade du CS.