Cancer du sein : les augmentations et les baisses de la radiothérapie après une CCS

  • Parekh A & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 6 août 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le taux de radiothérapie (RT) adjuvante après une chirurgie conservatrice du sein (CCS) dans le cadre d’un cancer du sein invasif chez les femmes âgées de moins de 70 ans a augmenté entre 2004 et 2012, mais il a ensuite baissé jusqu’en 2014, date qui marquait la fin de la période de 10 ans de l’étude.
  • Les femmes d’origine ethnique blanche non hispanique ayant un statut socioéconomique plus élevé étaient plus susceptibles de faire l’objet d’une RT que les femmes d’origine ethnique noire ou hispanique, et que les femmes ayant un statut socioéconomique plus faible.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les cliniciens doivent respecter les recommandations demandant une RT après une CCS chez les femmes de moins de 70 ans.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a été menée auprès de 501 733 patientes de moins de 70 ans atteintes d’un cancer du sein invasif et ayant fait l’objet d’une CCS, à partir de la base de données nationale américaine sur le cancer.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Entre 2004 et 2012, le taux de RT adjuvante a augmenté de 86,7 % à 92,4 %, avant de retomber à 88,9 % en 2014.
  • À l’analyse univariée, l’utilisation de la RT au cours des 10 ans de la période de l’étude (2004–2014) était plus probable dans les groupes suivants (P 
  • Femmes d’origine ethnique blanche (90,4 %), par rapport aux femmes d’origine ethnique noire (86,9 %) ;
  • Femmes d’origine ethnique non hispanique (90,2 %), par rapport aux femmes d’origine ethnique hispanique (85,3 %) ;
  • Femmes ayant contracté une assurance privée (90,9 %), par rapport aux femmes non assurées (84,7 %) ;
  • Femmes bénéficiant du niveau d’étude le plus élevé (91,2 %), par rapport aux femmes bénéficiant du niveau d’étude le plus faible (87 %) ; et
  • Femmes ayant les revenus les plus élevés (90,6 %), par rapport aux femmes ayant les revenus les plus faibles (87,9 %).
  • À l’analyse multivariée, les disparités au niveau de l’origine ethnique, de l’assurance et de l’éducation sont restées significatives.
  • Limites

    • La base de données ne couvre que 30 % des hôpitaux américains.