Cancer du sein : le zolédronate réduit la douleur articulaire liée aux IA dans l’essai ZAP

  • Santa-Maria CA & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 11 mai 2018

  • de Miriam Davis, PhD
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le zolédronate a réduit l’incidence des symptômes musculosquelettiques liés aux inhibiteurs de l’aromatase (SMSIA) dans l’essai de phase II sur la prophylaxie par acide zolédronique (ZAP) mené auprès de femmes atteintes d’un cancer du sein précoce.
  • La douleur et les symptômes étaient inférieurs ; la densité minérale osseuse (DMO) était supérieure.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les SMSIA affectent plus de 50 % des personnes recevant un IA.
  • Ces résultats justifient le passage à un essai de phase III.

Conception de l’étude

  • Essai contrôlé, non randomisé, à bras unique ZAP ayant évalué une dose de 4 mg de zolédronate intraveineux administrée à l’entrée dans l’étude et à six mois ; les patientes ont reçu du létrozole (2,5 mg/jour) 1–2 semaines après la première dose de zolédronate.
  • L’incidence des SMSIA et les scores au questionnaire d’évaluation de la santé (Health Assessment Questionnaire, HAQ) et sur l’échelle visuelle analogique (EVA ; pour le suivi de la douleur) chez les patientes recevant du zolédronate (n = 59 femmes ménopausées) ont été comparés à l’incidence et aux scores de témoins historiques de l’essai sur la pharmacogénomique de l’exémestane et du létrozole (ELPh ; n = 206) n’ayant reçu que du létrozole, sans bisphosphonate.
  • Financement : NIH ; Fondation de recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation).

Principaux résultats

  • Les participantes à l’essai ZAP ont présenté une incidence inférieure de SMSIA (37 %), par rapport aux participantes témoins de l’essai ELPh (67 % ; P = 0,001).
  • Les participantes à l’essai ZAP ont présenté des scores inférieurs à 1, 3, 6 et 12 mois sur HAQ (P ≤ 0,05, dans tous les cas) et l’EVA (P ≤ 0,005, dans tous les cas).
  • Le score T moyen de la colonne vertébrale des participantes à l’essai ZAP à un an s’est amélioré de 0,23 (P 

Limites

  • Conception de l’étude sans randomisation.
  • Aucun groupe témoin contemporain.