Cancer du sein : le soutien social préopératoire réduit la douleur à long terme

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 16 % à 20 % des femmes recevant un traitement du cancer du sein souffrent de douleur pouvant durer jusqu’à plusieurs années après le traitement.
  • La présence d’un soutien social avant la chirurgie pour le cancer du sein et le traitement diminue l’intensité de la douleur post-traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Lors du diagnostic de cancer du sein, les femmes doivent être encouragées à obtenir un soutien social.

Conception de l’étude

  • Méta-analyse de 13 études (n = 2 176) ayant répondu aux critères d’éligibilité après une recherche menée dans les bases de données PubMed, PsycINFO, Web of Science et CINAHL.
  • Les patientes atteintes d’une maladie métastatique ont été exclues.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les niveaux plus élevés de soutien social (c.-à-d. pratique et émotionnel) avant l’intervention chirurgicale ont été associés de manière significative à une douleur inférieure post-traitement au moins trois mois plus tard (corrélation de la taille d’effet [Effect size correlation, ESr] : -0,24 ; P < 0,001).
  • Les états psychocomportementaux tels que l’anxiété et la dépression (ESr : 0,05 ; P = 0,13) et les caractéristiques psychologiques telles que les traits de caractère et le locus de contrôle (ESr : 0,02 ; P = 0,48) n’ont eu aucun impact sur la douleur post-traitement.
  • Dans le sous-groupe de patients dont les états psychocomportementaux ont été étudiés, un suivi plus long a été associé à des tailles d’effets inférieures (P = 0,023).
  • Le sous-groupe de femmes âgées a présenté des tailles d’effets supérieures en termes de prédiction de la douleur post-traitement par les états psychocomportementaux (P = 0,0004) et les traits de caractère (P = 0,035).

Limites

  • Peu d’études étaient prospectives.
  • Nombre relativement faible de patients.
  • Hétérogénéité entre les études.