Cancer du sein : le DT2 est associé à un risque plus élevé de CSTN que de cancer ER+/HER2-

  • Chen H & al.
  • Cancer Epidemiol Biomarkers Prev
  • 8 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le risque de cancer du sein triple négatif (CSTN), plutôt que de cancer du sein à récepteurs des œstrogènes (Estrogen Receptors, ER) positifs/à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif (ER+/HER2-), semble plus important chez les femmes atteintes de diabète de type 2 (DT2), en particulier chez celles qui prennent de la metformine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Plusieurs méta-analyses ont établi une association entre le DT2 et le cancer du sein.
  • Il s’agit de la première étude à évaluer la relation selon le sous-type de cancer et à explorer l’effet des agents antidiabétiques.
  • Les résultats suggèrent qu’il est nécessaire de réaliser un dépistage plus fréquent du cancer du sein en cas de DT2.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cas-cas rétrospective et multicentrique, basée sur la population, a été menée auprès de 4 557 patientes atteintes d’un cancer du sein nouvellement diagnostiqué, issues de deux sites de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER) : Seattle, Washington (2004–2015), et Albuquerque, Nouveau-Mexique (2004–2012).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Des antécédents de DT2 (comparativement à l’absence d’antécédents) étaient associés à une augmentation de 38 % du risque de CSTN (rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,38 ; IC à 95 % : 1,01–1,89), comparativement au sous-type ER+/HER2-.
  • Les antécédents de DT2 n’entraînaient aucun risque supplémentaire des sous-types suivants (comparativement au sous-type ER+/HER2-) :
    • Sous-type ER+/HER2+.
    • Sous-type avec surexpression de HER2 (ER-/récepteurs de la progestérone négatifs et HER2+).
  • La prise de metformine était uniquement associée à un risque supplémentaire de CSTN, comparativement au sous-type ER+/HER2- :
    • Prise au cours des six mois précédant le diagnostic (comparativement aux patientes non diabétiques) : RC de 1,54 (IC à 95 % : 1,07–2,22).
    • Prise au cours des 13–24 mois précédant le diagnostic (comparativement aux patientes non diabétiques) : RC de 1,80 (IC à 95 % : 1,13–2,85).

Limites

  • Population principalement d’origine ethnique blanche, ce qui limite la possibilité de généraliser les résultats.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.