Cancer du sein : la radiothérapie permet d’obtenir un bénéfice de survie chez les femmes jeunes

  • Liu QQ & al.
  • Cancer Med
  • 23 avr. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie (RT) pourrait offrir un bénéfice de survie chez les femmes jeunes (18–45 ans) atteintes d’un cancer du sein précoce pour l’ensemble des sous-types moléculaires, à l’exception du cancer du sein triple négatif (CSTN).
  • Les femmes atteintes d’un cancer de sous-type enrichi en récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) semblent en retirer le bénéfice le plus important.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à examiner les effets de la RT chez les femmes jeunes selon le sous-type moléculaire.
  • Ces résultats vont aider les cliniciens dans le cadre de la prise de décisions cliniques.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective, composée de 23 148 femmes jeunes atteintes d’un cancer du sein de stade T1–3N0–3M0, issues de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER), a été analysée sur une durée de suivi médiane de 22 mois.
  • Les critères d’évaluation principaux étaient la SG et la survie spécifique au cancer du sein (SSCS) pour chacun des sous-types moléculaires : luminal A (récepteurs hormonaux [Hormonal Receptors, HR] positifs/HER2-), luminal B (HR+/HER2+), enrichi en HER2 (HR-/HER2+) et CSTN (HR-/HER2-).
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • L’âge médian était de 41 ans et le sous-type luminal A était le plus fréquent (63,54 %).
  • SG
    • La RT (comparativement à l’absence de RT) était associée à une prolongation de la survie chez les femmes atteintes d’un cancer de sous-type enrichi en HER2 (RR : 0,295 ; P = 0,002), luminal A (RR : 0,696 ; P = 0,006) et luminal B (RR : 0,385 ; P = 0,005), mais pas dans le cas d’un CSTN.
  • SSCS
    • La RT (comparativement à l’absence de RT) était associée à une prolongation de la survie chez les femmes atteintes d’un cancer de sous-type enrichi en HER2 (RR : 0,328 ; P = 0,004), mais pas luminal A, luminal B ou CSTN.

Limites

  • Protocole observationnel et rétrospectif de l’étude.
  • Suivi limité.