Cancer du sein : la prise de compléments alimentaires pendant la chimiothérapie est associée à une survie moins favorable

  • Ambrosone CB & al.
  • J Clin Oncol
  • 19 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prise de compléments alimentaires, tels que les vitamines A, C et E, avant et pendant la chimiothérapie a été associée à une SSM et à une SG moins favorables, dans le cadre d’une étude de cohorte portant sur des patientes atteintes d’un cancer du sein incluses dans l’étude SWOG S0221.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats appuient de manière empirique les recommandations qui mettent en garde contre l’utilisation d’antioxydants pendant la chimiothérapie, en raison d’inquiétudes concernant un mécanisme cytotoxique qui pourrait impliquer la génération de dérivés réactifs de l’oxygène.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective de patientes, affectées de manière aléatoire pour faire l’objet d’une chimiothérapie à base de doxorubicine, cyclophosphamide et paclitaxel dans le cadre d’un essai clinique, a été analysée.
  • Les patientes ont été interrogées sur la prise de compléments alimentaires avant et pendant le traitement (n = 1 134).
  • Critères d’évaluation principaux : SSM et SG.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Fondation de recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation) ; autres.

Principaux résultats

  • Après une correction pour prendre en compte, entre autres, l’âge, les caractéristiques tumorales et la consommation d’alcool, la prise de tout complément antioxydant (vitamines A, C et E ; caroténoïdes, coenzyme Q10) avant et pendant la chimiothérapie était associée de manière non significative aux résultats suivants (rapports de risque corrigés, RRc) :
    • réduction de la SSM : 1,41 (P = 0,06) ; et
    • réduction de la SG : 1,40 (IC à 95 % : 0,90–2,18).
  • Le fait de ne pas prendre de vitamine B12 non antioxydante avant et pendant la chimiothérapie était associé aux résultats suivants (RRc ; IC à 95 %) :
    • réduction de la SSM : 1,83 (1,15–2,92) ; et
    • réduction de la SG : 2,04 (1,22–3,40).
  • La prise de fer avant et pendant la chimiothérapie était associée à une réduction de la SSM :
    • RRc de 1,91 (IC à 95 % : 0,98–3,70).

Limites

  • Essai de courte durée (6 mois).
  • Protocole observationnel.