Cancer du sein : la présence de GMI lors des examens d’imagerie de référence est associée à une maladie métastatique ultérieure

  • Singh S & al.
  • Br J Radiol
  • 20 sept. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La présence de ganglions mammaires internes (GMI) lors de l’imagerie de référence est associée à un risque plus de deux fois plus important de métastases à distance ultérieures chez les patientes atteintes d’un cancer du sein localement avancé (CSLA).

Pourquoi est-ce important ?

  • La présence de GMI doit être systématiquement signalée en raison de sa valeur pronostique.
  • Ces cas peuvent nécessiter un traitement plus agressif.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 182 cas consécutifs de CSLA (stades IIb et III, sauf les patientes de stade IV ou présentant des métastases à distance) ayant fait l’objet d’une TDM de contraste de référence et suivis pendant 3 ans a été analysée.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 77/182 cas (42,3 %) présentaient des GMI identifiables lors de la TDM de référence.
    • 90,9 % étaient ipsilatéraux par rapport à la tumeur primitive.
    • 44,4 % se trouvaient au niveau du deuxième espace intercostal.
    • La taille moyenne des GMI était de 6,7 mm.
  • Le taux de métastases à distance à 3 ans était de 19,8 % (36/182).
    • Ce taux était de 27,3 % chez les patientes présentant des GMI à la référence (21/77).
    • Ce taux était de 14,3 % chez les patientes ne présentant pas de GMI à la référence (15/105). 
  • La présence de GMI identifiables (comparativement à l’absence de GMI) lors de la TDM de référence était associée à un risque 2,3 fois supérieur de métastases à distance : rapport de cotes (RC) de 2,3 ; P = 0,0321.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Durée de suivi courte.