Cancer du sein : la douleur liée à la RT atteint son maximum une semaine après la fin du traitement

  • Lam E & al.
  • Support Care Cancer
  • 22 avr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La douleur mammaire apparaît une semaine après le début de la radiothérapie (RT) et atteint son maximum une semaine après la fin de la RT, chez les patientes qui font l’objet d’une RT adjuvante dans le cadre d’un cancer du sein.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats peuvent permettre de définir les attentes des patientes et aider les cliniciens à concevoir des stratégies de réduction de la douleur.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte prospective (N = 426) a été menée auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein, qui avaient fait l’objet d’une RT adjuvante au Canada, dont la majorité (83,8 %) avait reçu une RT hypofractionnée (42,56 Gy en 16 fractions quotidiennes).
  • La douleur a été évaluée à l’aide de deux questionnaires auto-rapportés administrés chaque semaine pendant six semaines, puis un à trois mois plus tard :
    • La douleur globale était évaluée à l’aide de l’échelle d’évaluation des symptômes d’Edmonton (Edmonton Symptom Assessment Scale, ESAS).
    • La douleur spécifique au sein était évaluée à l’aide du questionnaire d’évaluation des symptômes cutanés (Skin Symptom Assessment, SSA), qui porte sur des caractéristiques de la douleur, telles que le prurit, la vésication/desquamation et l’œdème.
  • Financement : Fondation de la famille Bratty (Bratty Family Fund) ; autres.

Principaux résultats

  • Résultats de l’ESAS : le pourcentage de patientes présentant une douleur globale :
    • a augmenté aux semaines 1–2 de la RT (P 
    • a atteint un pic 1 semaine après la fin de la RT (78,79 %, contre 42,72 % à l’inclusion ; P 
    • était toujours élevé pendant 1–3 mois après cela (56,25 %, contre 42,72 % à l’inclusion ; P 
  • Résultats du SSA : le pourcentage de patientes présentant une douleur spécifique au sein a atteint son maximum 1 semaine après la fin de la RT (75,63 %, contre 50,47 % à l’inclusion ; P 
  • Les patientes âgées de 40–49 ans et de 50–59 ans ont rapporté une douleur globale (P = 0,0001 et P = 0,038, respectivement) et une douleur spécifique au sein (P = 0,0003 et P = 0,004) plus importantes, comparativement aux patientes âgées de 60 ans et plus.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Étude observationnelle.