Cancer du sein : la chimiothérapie est associée à un déficit cognitif à long terme dans une étude néerlandaise sur 20 ans

  • van der Willik KD & al.
  • Breast Cancer Res
  • 15 nov. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les survivantes d’un cancer du sein, évaluées en moyenne 20 ans après une chimiothérapie, démontrent des performances cognitives globales plus faibles que les patientes témoins sans cancer.
  • Les performances cognitives plus faibles sont associées à des taux plus élevés de marqueurs d’inflammation.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un traitement anti-inflammatoire pourrait être justifié après une chimiothérapie, afin de prévenir tout déclin cognitif.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 166 survivantes d’un cancer du sein (âgées de 50 à 80 ans), ayant reçu, en moyenne 20 ans auparavant, une radiothérapie post-chirurgicale et six cycles de chimiothérapie (cyclophosphamide, méthotrexate et fluorouracile), a été comparée à des patientes témoins sans cancer (n = 1 344).
  • Les survivantes étaient issues de plusieurs registres néerlandais ; les patientes témoins étaient issues de l’étude de Rotterdam.
  • L’inflammation était mesurée à l’aide de trois marqueurs sanguins : le rapport granulocytes/lymphocytes (Granulocyte-to-Lymphocyte Ratio, GLR), le rapport plaquettes/lymphocytes (Platelet-to-Lymphocyte Ratio, PLR) et l’indice d’inflammation immunitaire systémique (Systemic Immune-Inflammation index, SII).
  • Les performances cognitives globales étaient mesurées à l’aide d’une large batterie de tests neuropsychologiques.
  • Financement : Société néerlandaise du cancer.

Principaux résultats

  • Les survivantes ont démontré des performances cognitives globales plus faibles que les patientes témoins (différence moyenne [DM] : -0,21 ; IC à 95 % : -0,35 à -0,06).
  • Les survivantes présentaient également des taux plus élevés de marqueurs d’inflammation :
    • DM pour log(GLR) : 0,31 (IC à 95 % : 0,24–0,37).
    • DM pour log(PLR) : 0,14 (IC à 95 % : 0,09–0,19).
    • DM pour log(SII) : 0,31 (IC à 95 % : 0,24–0,39).
  • Des taux plus élevés des trois marqueurs d’inflammation étaient associés à des performances cognitives globales plus faibles chez les survivantes (GLR : P = 0,038 ; PLR : P = 0,003 ; SII : P = 0,033), ce qui n’était pas le cas pour les patientes témoins.

Limites

  • Conception observationnelle et rétrospective de l’étude.