Cancer du sein : l’IPAS externe permet d’obtenir un excellent contrôle à long terme

  • Kennedy WR & al.
  • Pract Radiat Oncol
  • 18 sept. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des données à 7 ans révèlent que l’irradiation partielle accélérée du sein (IPAS) délivrée par le biais d’une radiothérapie externe conformationnelle 3D (RTC-3D) engendre un taux de SSP à 7 ans de 95,2 % et un aspect esthétique satisfaisant à excellent chez 75,2 % des patientes atteintes d’un cancer du sein précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de l’étude la plus longue à ce jour portant sur l’IPAS externe.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 266 patientes ayant fait l’objet d’une IPAS par RTC-3D entre 2006 et 2012 à la Faculté de médecine de l’Université de Washington (Washington University School of Medicine), et qui ont été suivies pendant plus de 1 an, a été analysée.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 87 mois (intervalle : 13–156).
  • 60,9 % des patientes de la cohorte étaient des candidates « appropriées » pour l’IPAS, 32,7 % étaient des candidates « avec précaution », et 6,4 % étaient « inappropriées », selon les groupes consensuels établis par la Société américaine de radio-oncologie (American Society for Radiation Oncology, ASTRO).
  • Le taux de récidive de la tumeur mammaire ipsilatérale (RTMI) était de 1,8 %.
  • Le taux de SSP était de 95,2 %.
  • Le statut des marges (moins de 2 mm contre 2 mm et plus), la présence d’une maladie invasive par rapport à une maladie in situ, la dose prescrite et le groupe selon l’ASTRO n’avaient pas de valeur prédictive pour la RTMI ou la SSP.
  • 75,2 % ont obtenu un aspect esthétique bon à excellent, et 24,8 % un aspect esthétique convenable à mauvais.
  • Deux patientes (0,8 %) ont obtenu un aspect esthétique mauvais ayant nécessité une chirurgie plastique.
  • Un aspect esthétique indésirable était associé à un pourcentage plus élevé de sein irradié (rapport de cotes [RC] : 1,101 ; P = 0,021) et à une dose plus élevée par fraction (400 cGy contre 385 cGy ; P = 0,039).

Limites

  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Étude monocentrique pouvant limiter son caractère généralisable.