Cancer du sein : l’endocrinothérapie est associée à une baisse de l’incidence des maladies neurodégénératives

  • Branigan GL & al.
  • JAMA Netw Open
  • 2 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les femmes recevant un traitement de modulation des hormones (TMH) pour un cancer du sein courent un risque plus faible de développer une maladie neurodégénérative, y compris la maladie d’Alzheimer, par rapport à celles qui ne reçoivent pas un TMH.
  • Le TMH se compose de modulateurs sélectifs des récepteurs des œstrogènes, d’antagonistes des récepteurs des œstrogènes ou d’inhibiteurs de l’aromatase.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats doivent désormais être pris en compte dans les discussions avec les patientes sur les risques et les bénéfices du TMH.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a été menée auprès de femmes (N = 57 843) âgées de 45 ans ou plus, ayant reçu un diagnostic de cancer du sein et issues de la base de données des demandes de remboursement d’un grand assureur américain (Humana). 
  • Les données provenaient des demandes de remboursement de patientes, émises de six mois avant le diagnostic de cancer du sein et jusqu’à trois ans ou plus après le diagnostic.
  • Les femmes ayant reçu un TMH ont été comparées à celles n’en ayant pas reçu, appariées selon les scores de propension, afin de limiter les biais de sélection.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Mouvement des femmes contre la maladie d’Alzheimer (The Women’s Alzheimer’s Movement) ; autres.

Principaux résultats

  • 31,3 % des femmes ont reçu un TMH ; 68,7 % n’en ont pas reçu.
  • La durée moyenne du suivi était de 5,5 ans (écart type : ± 1,8).
  • Les femmes ayant reçu un TMH étaient moins susceptibles que celles n’en ayant pas reçu, appariées selon les scores de propension, de se voir diagnostiquer :
    • tout type de maladie neurodégénérative :
      • 12,5 %, contre 14,3 % (risque relatif [RR] : 0,89 ; P 
    • la maladie d’Alzheimer :
      • 4,9 %, contre 6,0 % (RR : 0,82 ; P 
    • une démence :
      • 10,4 %, contre 11,8 % (RR : 0,88 ; P 

Limites

  • Étude basée sur les données de demandes de remboursement.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.