Cancer du sein : l’association tucidinostat et exémestane retarde la progression dans un essai de phase III

  • Lancet Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de tucidinostat (anciennement appelé chidamide) à l’exémestane a permis de prolonger la SSP de 25 % dans un essai de phase III portant sur le cancer du sein avancé, à récepteurs hormonaux (Hormonal Receptors, HR) positifs et à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif, chez des femmes ménopausées.
  • Les toxicités les plus fréquentes associées au tucidinostat sont de nature hématologique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit du premier essai portant sur un inhibiteur des histones désacétylases dans le cadre du cancer du sein.
  • Les résultats sont suffisamment prometteurs pour ouvrir la voie à une nouvelle alternative thérapeutique.

Protocole de l’étude

  • L’essai chinois de phase III ACE, randomisé et en double aveugle, a été mené dans 22 centres auprès de 365 femmes présentant une rechute ou une progression de la maladie après au moins 1 endocrinothérapie.
  • Les patientes ont reçu 25 mg d’exémestane par voie orale par jour, associé à du tucidinostat (30 mg par voie orale 2 fois par semaine) ou à un placebo.
  • Financement : Chipscreen Biosciences.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 13,9 mois.
  • L’ajout de tucidinostat, comparativement au placebo, a entraîné une prolongation de 25 % de la SSP (7,4 mois [IC à 95 % : 5,5–9,2] contre 3,8 mois [IC à 95 % : 3,7–5,5] ; RR : 0,75 ; P = 0,033).
  • L’ajout de tucidinostat a permis d’obtenir un bénéfice clinique plus important (réponse objective ou maladie stable pendant 25 semaines ou plus ; 47 % [IC à 95 % : 41–53 %] contre 36 % [IC à 95 % : 27–44 %] ; P = 0,034).
  • Le tucidinostat était associé à une proportion plus élevée de toxicités hématologiques de grade 3–4 :
    • neutropénie (51 %, contre 2 % dans le groupe placebo) ;
    • thrombopénie (27 % contre 2 %) ;
    • leucopénie (19 % contre 2 %).

Limites

  • Population de l’étude uniquement composée de femmes d’origine chinoise.