Cancer du sein HR+ : une étude réfute le lien entre une DMO plus faible et une meilleure survie

  • van Hellemond IEG & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 2 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude de cohorte prospective intégrée à l’essai DATA n’a identifié aucun lien entre une réduction de la densité minérale osseuse (DMO) et la survie sans récidive à distance (SSRD), chez des patientes ménopausées atteintes d’un cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs (Hormone-Receptor Positive, HR+).
  • L’étude n’a pas non plus identifié de lien entre l’utilisation de bisphosphonates et la SSRD.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude remet en question les études antérieures ayant suggéré que l’utilisation de bisphosphonates, et éventuellement une DMO plus faible, amélioraient les résultats dans le cadre du cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Une sous-étude de cohorte prospective programmée a été réalisée dans le cadre de l’essai clinique de phase III DATA, qui a comparé un traitement adjuvant de six ans à un traitement de trois ans par anastrozole, après 2–3 ans de traitement par tamoxifène.
  • 1 142 patientes ont fait l’objet d’une absorptiométrie double énergie à rayons X, qui permet de mesurer la DMO, avant la randomisation dans les groupes de 6 ans et 3 ans.
  • Un score T supérieur ou égal à -1,0 indiquait une DMO normale ; un score T inférieur à -1,0 et supérieur à -2,5 indiquait une ostéopénie ; un score T inférieur ou égal à -2,5 indiquait une ostéoporose.
  • Financement : AstraZeneca NL.

Principaux résultats

  • 38,2 % des patientes présentaient une DMO normale, 49,5 % présentaient une ostéopénie, et 12,3 % présentaient une ostéoporose.
  • Après une durée de suivi médiane de 5 ans :
    • Comparativement à une DMO normale, aucun lien (rapport de risque [RR] corrigé ; IC à 95 %) n’a été identifié dans le groupe 6 ans entre la SSRD et :
      • l’ostéopénie : 0,82 (0,45–1,49) ;
      • l’ostéoporose : 1,10 (0,26–4,67).
    • Comparativement à une DMO normale, aucun lien (RR corrigé ; IC à 95 %) n’a été identifié dans le groupe 3 ans entre la SSRD et :
      • l’ostéopénie : 0,75 (0,40–1,42) ;
      • l’ostéoporose : 1,86 (0,43–8,01).
    • Aucun lien n’a été établi entre l’utilisation de bisphosphonates (comparativement à l’absence d’utilisation) avant la randomisation et la SSRD.

Limites

  • Protocole observationnel.