Cancer du sein HER2+ : le trastuzumab est associé à une faible incidence de récidive tardive à 5–10 ans

  • Chumsri S & al.
  • J Clin Oncol
  • 17 oct. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le risque de rechute tardive survenant 5 à 10 ans après le diagnostic n’est que de 3 à 6 % chez les patientes traitées par trastuzumab atteintes d’un cancer du sein (CS) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-Positive, HER2+).
  • Un bénéfice tardif similaire a été obtenu chez les patientes atteintes d’une maladie à récepteurs hormonaux positifs (Hormonal Receptors-Positive, HR+) et négatifs (HR-).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à quantifier le risque de rechute tardive dans cette population.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une analyse combinée de 2 essais cliniques contrôlés randomisés (essais N9831 du Groupe de traitement anticancéreux central nord [NCCTG ; Alliance] et NRG Oncology/NSABP B-31), dans lesquels 3 177 patientes atteintes d’un CS HER2+ ont reçu une chimiothérapie adjuvante seule (12 semaines) ou du trastuzumab (52 semaines).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Genentech ; autres.

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, les cas HER2+ et HR+ (comparativement à HR-), quel que soit le type de traitement, ont obtenu une amélioration de la survie sans récidive (SSR) au cours des cinq premières années (rapport de risque [RR] : 0,65 ; P 
  • Le traitement par trastuzumab était associé à un risque cumulé plus faible pour la SSR chez les patientes atteintes d’une maladie HR+ (comparativement à HR-) au cours des 5 premières années (10,96 % contre 17,48 % ; RR : 0,60 ; P 
  • Au cours des années 5 à 10 après le traitement par trastuzumab, aucune différence n’a été observée au niveau du bénéfice de SSR selon le statut HR (RR : 1,32 ; P = 0,12).
    • Bien que le risque de récidive soit faible dans le cadre de la maladie HER2+ HR+, ce risque était le plus faible chez les patientes sans atteinte ganglionnaire (3,23 %) et légèrement plus élevé (6,39 %) chez les patientes présentant un à trois ganglions lymphatiques positifs.

Limites

  • Manque de suivi à plus long terme.