Cancer du sein HER2+ : la surimpression n’est pas justifiée après une ISE

  • Jaoude JA & al.
  • Int J Radiat Oncol Biol Phys
  • 27 août 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une surimpression du lit tumoral après une irradiation du sein entier (ISE) n’est associée à aucune amélioration du contrôle local chez les patientes atteintes d’un cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-positive, HER2+) non métastatique, également traitées par chirurgie conservatrice du sein et trastuzumab.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une surimpression est fréquemment administrée en association avec l’ISE, bien qu’elle ne soit pas requise dans le cadre du traitement de référence.
  • Les radiologues doivent envisager de renoncer à la surimpression si d’autres études viennent appuyer ces résultats.

Méthodologie

  • Une analyse secondaire de l’essai contrôlé randomisé HERA avait pour objectif de déterminer le bénéfice du trastuzumab chez des patientes atteintes d’un cancer du sein HER2+ non métastatique.
  • Cette étude de cohorte a comparé le critère d’évaluation principal, le contrôle local (l’absence de récidive locale), chez les patientes ayant fait l’objet d’une surimpression (n = 441) ou non (n = 641).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 11 ans.
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes au niveau du contrôle local :
    • 93 % (IC à 95 % : 90–95 %) avec la surimpression, contre 91 % (IC à 95 % : 89–93 %) sans.
    • Rapport de risque corrigé (RRc) de 0,8 (P = 0,33).
  • L’analyse des sous-groupes de patientes de moins de 40 ans n’a pas non plus révélé de différence entre les groupes au niveau de la récidive locale :
    • 8,89 % avec surimpression, contre 11,11 % sans. 
    • RRc de 1,0 (P = 0,92).
  • Aucune différence au niveau de la récidive locale n’a non plus été observée lors de l’analyse des sous-groupes de patientes à récepteurs hormonaux positifs (P = 0,11), comparativement aux patientes à récepteurs hormonaux négatifs (P = 0,98).

Limites

  • Assignation au groupe surimpression et au groupe sans surimpression non randomisée.