Cancer du sein HER2+ : l’association radiothérapie hypofractionnée et trastuzumab n’entraîne pas de toxicité cardiaque supplémentaire

  • Sayan M & al.
  • Front Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiothérapie hypofractionnée (RT-hypo) administrée en concomitance avec du trastuzumab n’est pas associée à une toxicité cardiaque supplémentaire, comparativement à une radiothérapie fractionnée conventionnelle (RT-conv) associée au trastuzumab, chez des patientes atteintes d’un cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des données précliniques suggèrent que le trastuzumab a un effet radiosensibilisant.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective comparant des patientes recevant du trastuzumab associé à une RT-hypo (n = 41) ou à une RT-conv (n = 100) a été analysée.
  • La toxicité cardiaque était définie comme une baisse significative de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) d’au moins 10 % en dessous de la limite inférieure de la normale ou d’au moins 16 % par rapport à l’inclusion.
  • Financement : Fondation de recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 32 mois (intervalle : 13–90).
  • La dose cardiaque moyenne était de 101 cGy dans le groupe RT-hypo et de 163 cGy dans le groupe RT-conv (P = 0,897).
  • FEVG médiane à l’inclusion : 62 % (intervalle : 50–81 %) dans le groupe RT-hypo, contre 64 % (intervalle : 51–76 %) dans le groupe RT-conv (P = 0,893).
  • FEVG médiane finale : 60 % (intervalle : 50–75 %) dans les deux groupes (P = 0,998).
  • Baisse significative de la FEVG : 7 % dans le groupe RT-hypo, contre 5 % dans le groupe RT-conv (P = 0,203).
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la dose cardiaque moyenne chez les patientes ayant présenté une baisse significative de la FEVG, comparativement aux patientes n’ayant pas présenté de baisse significative de la FEVG, dans les groupes RT-hypo (P = 0,427) et RT-conv (P = 0,354).
  • Aucun groupe n’a développé d’insuffisance cardiaque congestive.

Limites

  • Protocole rétrospectif, observationnel et monocentrique.
  • Faible nombre de patientes dans le groupe RT-hypo.