Cancer du sein ER/PR+ à ganglions positifs : le score de récidive à 21 gènes est un facteur prédictif indépendant

  • Woodward WA & al.
  • JAMA Oncol
  • 9 janv. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein à récepteur des œstrogènes positif (Estrogen Receptor Positive, ER+) ou à récepteur de la progestérone positif (Progesterone Receptor Positive, PR+) avec 1–3 ganglions lymphatiques positifs, le score de récidive (SR) à 21 gènes prédit la récidive locorégionale (RLR), indépendamment de l’administration d’une radiothérapie.
  • Ces résultats proviennent d’une analyse rétrospective des résultats à 10 ans d’un essai de phase III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats indiquent que la radiothérapie pourrait ne pas être nécessaire pour les femmes présentant un SR faible et 1–3 ganglions positifs.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective d’une cohorte de 316 femmes ayant participé à l’essai du Groupe d’oncologie du Sud-Ouest S8814 a été réalisée.
  • Financement : Institut national du cancer du Canada ; Genomic Health Inc. ; autres.

Principaux résultats

  • L’incidence cumulée estimée à 10 ans de RLR était de 9,7 % pour les patientes présentant un SR faible, et de 16,5 % pour celles présentant un SR intermédiaire ou élevé (P = 0,02).
    • Dans le sous-groupe ayant fait l’objet d’une mastectomie sans radiothérapie (n = 252), les taux étaient similaires, avec 7,7 % pour le SR intermédiaire et 16,8 % pour le SR élevé (P = 0,03).
  • Dans un modèle multivarié corrigé pour prendre en compte le traitement randomisé, le nombre de ganglions positifs et le type de chirurgie, un SR plus élevé prédisait la RLR (rapport de risque [RR] : 2,36 ; P = 0,04).
    • Dans le sous-groupe ayant fait l’objet d’une mastectomie, sans radiothérapie, et présentant 1–3 ganglions, l’incidence de RLR était de 1,5 % avec une SR faible, et de 11,1 % avec un SR intermédiaire ou élevé (P = 0,051).

Limites

  • Le recours à la radiothérapie a été évalué de manière rétrospective.