Cancer du sein diagnostiqué pendant la grossesse : 203 cas ont été analysés en Chine

  • BMC Cancer

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En Chine, une série de cas de 203 cancers du sein diagnostiqués pendant la grossesse (cancers du sein associés à la grossesse ; CSAG) révèle un taux disproportionnellement élevé de cancer du sein triple négatif (CSTN) et luminal B, ainsi qu’un taux de survie sans maladie (SSM) à 3 ans modérément élevé de 80,3 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’incidence du CSAG, bien que rare, est en augmentation, et les résultats sont un peu moins favorables que pour les cancers du sein non associés à la grossesse (CS non AG).

Protocole de l’étude

  • Une série de cas de 203 CSAG, issue du Centre de cancérologie de Shanghai de l’Université Fudan (2005–2018), a été incluse.
  • Une analyse descriptive des caractéristiques tumorales et de la SSM a été réalisée.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Université Fudan.

Principaux résultats

  • 11,3 % des 203 patientes ont choisi de faire l’objet d’un avortement et de recevoir un traitement immédiat.
  • 32,5 % ont choisi de reporter le traitement jusqu’à l’accouchement.
  • 56,2 % des cas ont été diagnostiqués pendant la période d’allaitement.
  • Les patientes atteintes d’un CSAG, comparativement à celles sans CSAG, étaient plus susceptibles de présenter :
    • un cancer luminal B : 38,4 % contre 20,1 % (P 
    • un CSTN : 30,1 % contre 17,4 % (P 
    • un cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-positive, HER2+) : 15,8 % contre 8,0 % (P 
  • Pour l’ensemble des patientes atteintes d’un CSAG, le taux de SSM à 3 ans était de 80,3 %.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la SSM à trois ans entre les trois groupes.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la SSM à trois ans entre les femmes qui vivaient leur première grossesse et celles qui vivaient une seconde grossesse ou une grossesse ultérieure.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.