Cancer du sein : des données plaident en faveur d’un dépistage universel entre 40 et 49 ans

  • Ahn S & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 9 juil. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un dépistage par mammographie plus récent est associé à une moindre taille de la tumeur et à un traitement médical et chirurgical moins lourd, en particulier dans la tranche d’âge de 40 à 49 ans sans mammographie préalable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats suggèrent que toutes les femmes de 40 à 49 ans devraient faire l’objet d’un dépistage, contrairement aux recommandations de dépistage sélectif pour cette tranche d’âge du Groupe de travail sur les services de prévention des États-Unis (United States Preventive Services Task Force, USPSTF).

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 1 125 femmes de 40 ans ou plus, ayant reçu un diagnostic de cancer du sein, a été analysée.
  • Les patientes ont été réparties dans deux groupes : groupe avec dépistage récent (entre 1 et 24 mois avant le diagnostic) et groupe avec dépistage moins récent (plus de 25 mois avant le diagnostic ou sans dépistage préalable).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les patientes du groupe avec dépistage moins récent, comparativement au groupe avec dépistage récent, étaient plus susceptibles de :
    • présenter des tumeurs plus importantes au moment du diagnostic (RC : 1,97 ; P = 0,0225) ;
    • recevoir une chimiothérapie (RC : 1,51 ; P = 0,0040) ;
    • faire l’objet d’une mastectomie (RC : 1,32 ; P = 0,0465) ; et
    • nécessiter une dissection axillaire (DA ; RC : 1,66 ; P = 0,0045).
  • Les femmes de 40 à 49 ans sans mammographie préalable (n = 29) étaient plus susceptibles que leurs pairs ayant fait l’objet d’un dépistage plus récent (n = 197) de :
    • présenter des tumeurs plus importantes au moment du diagnostic (P = 0,0417) ;
    • présenter des ganglions lymphatiques positifs (RC : 4,52 ; P = 0,0058) ;
    • nécessiter une chimiothérapie (RC : 2,52 ; P = 0,0287) ;
    • faire l’objet d’une mastectomie (RC : 3,44 ; P = 0,0068) ; et
    • nécessiter une DA (RC : 4,64 ; P = 0,0002).

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Échantillon de petite taille pour l’analyse des sous-groupes.
  • Étude observationnelle dans sa conception.