Cancer du sein cN0 : une étude remet en question le recours systématique à l’échographie axillaire avant la CTNA

  • Breast J

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une échographie axillaire pourrait être associée à un surtraitement chez les patientes atteintes d’un cancer à ganglions cliniquement négatifs (cN0) avant la chimiothérapie néoadjuvante (CTNA).
  • 43 % des patientes ne présentaient pas de ganglions lymphatiques positifs résiduels à la pathologie finale, malgré des résultats anormaux lors de l’échographie axillaire et une biopsie au trocart positive. La plupart des patientes (87 %) ont fait l’objet d’une dissection des ganglions lymphatiques axillaires (DGLA) inutile.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un nombre croissant de femmes font l’objet d’une CTNA.
  • Ces résultats remettent en question le recours systématique à l’échographie axillaire (EGA) chez les patientes de stade cN0 avant la CTNA.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective (n = 120) a été menée auprès de patientes de stade cN0 avant la CTNA, qui avaient fait l’objet d’une EGA de routine.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Sur 120 patientes, 44 % (n = 53) ont obtenu des résultats anormaux à l’EGA et ont présenté des ganglions lymphatiques positifs lors de la biopsie au trocart.
  • Sur les 44 %, 57 % (n = 30) présentaient des ganglions lymphatiques positifs à la pathologie finale (chirurgie), tandis que 43 % (n = 23) ne présentaient pas de ganglions lymphatiques positifs à la pathologie finale.
  • Sur les 43 % de patientes ne présentant finalement pas de ganglions lymphatiques positifs, malgré des résultats anormaux lors de l’EGA, la plupart (87 % des 43 %) ont fait l’objet d’une DGLA inutile.
  • La sensibilité de l’EGA était de 85,7 % et sa spécificité était de 48,7 %.

Limites

  • Échantillon de petite taille.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Étude monocentrique.