Cancer du sein chez l’homme : que nous apprend l’étude de cohorte la plus importante à ce jour ?

  • Sarmiento S & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 10 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’étude de cohorte la plus importante portant sur le cancer du sein chez l’homme (environ 16 500 patients de sexe masculin) a démontré que la mastectomie est le traitement le plus fréquent (90,4 %) et qu’elle est associée à la survie la plus longue.
  • L’analyse a également révélé que, malgré le fait que 91,3 % des patients présentent des récepteurs des œstrogènes (Estrogen Receptor, ER) positifs, seuls 54,7 % font l’objet d’une hormonothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que l’hormonothérapie est sous-utilisée chez les patients de sexe masculin atteints d’un cancer du sein.
  • L’incidence de cancer du sein chez l’homme augmente.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte populationnelle nationale rétrospective (base de données nationale américaine sur le cancer [National Cancer Database]) a inclus 16 498 patients de sexe masculin atteints d’un cancer du sein (2004–2015).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Âge médian : 63 ans ; durée de suivi totale : 13 ans.
  • La mastectomie était la modalité de traitement la plus fréquente (90,4 %).
  • La survie à 5 ans, calculée à l’aide de la méthode de Kaplan-Meier, était de 77,7 % (IC à 95 % : 76,9–78,4 %). La survie à 10 ans était de 60,7 % (IC à 95 % : 59,4–62,0 %).
  • D’après le modèle à risques proportionnels de Cox (corrigé pour prendre en compte l’âge, la comorbidité et le stade tumoral, entre autres), la mastectomie était associée à la survie la plus longue (rapport de risque [RR] : 0,49 ; P 
  • Bien que 91,3 % des patients de la cohorte aient présenté un statut ER+, seuls 54,7 % ont fait l’objet d’une hormonothérapie.

Limites

  • L’utilisation de l’hormonothérapie pourrait avoir été sous-rapportée.
  • Les résultats n’ont pas été comparés à ceux obtenus par les femmes incluses dans la base de données.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.