Cancer du sein chez l’homme : le tamoxifène améliore la SSM dans une cohorte allemande

  • Eggemann H & al.
  • Br J Cancer
  • 5 mai 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude de cohorte prospective révèle que le traitement par tamoxifène (comparativement à l’absence de traitement par tamoxifène) réduit le taux de récidive de 62 % chez les hommes atteints d’un cancer du sein.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats proviennent de la première étude de cohorte prospective évaluant les bénéfices du tamoxifène chez les hommes atteints d’un cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte prospective multicentrique a été menée auprès de 448 hommes issus du registre prospectif national allemand du cancer.
  • La survie sans maladie (SSM) est définie comme l’intervalle entre la date du diagnostic et la survenue d’une récidive locorégionale, d’une récidive à distance ou du décès (selon le premier événement à se produire).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 39 mois (intervalle : 2–89).
  • La plupart des tumeurs mesuraient plus de 20 mm.
  • 43,5 % des hommes présentaient une atteinte des ganglions lymphatiques axillaires.
  • 98,4 % des hommes présentaient une tumeur à récepteurs hormonaux positifs.
  • La SSM chez les hommes ne recevant pas de tamoxifène était plus faible que celles des hommes recevant du tamoxifène (P = 0,002).
  • Les hommes recevant du tamoxifène ont présenté un taux de récidive ou de décès plus faible en tant que catégorie unique (13,9 % contre 22,6 %), comparativement à ceux ne recevant pas de tamoxifène.
    • Le tamoxifène a réduit le taux de récidive de 62 % (rapport de risque [RR] : 0,38 ; P = 0,008) après une correction pour prendre en compte de nombreux facteurs.
  • Les sites métastatiques les plus fréquents étaient les os, suivis des sites locorégionaux, du foie, des poumons et/ou de la plèvre, des ganglions lymphatiques à distance, du cerveau et du rectum.

Limites

  • Protocole observationnel.