Cancer du sein avancé HR+/HER2- : l’association palbociclib et létrozole se montre sûre et efficace chez des patientes japonaises

  • Takahashi M & al.
  • Cancer Med
  • 18 mai 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un essai de phase II, mené auprès de patientes au Japon, a démontré qu’un traitement de première intention par palbociclib et létrozole est sûr et efficace dans le cadre du cancer du sein avancé (CSa) à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptor-Positive, HR+)/récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain négatif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-Negative, HER2-), avec une probabilité de survie sans progression (SSP) à 1 an de 75,6 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patientes japonaises n’étaient pas incluses dans l’essai clinique PALOMA-1, qui était le premier essai clinique majeur visant à évaluer l’association palbociclib et létrozole dans le cadre du CSa.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II, multicentrique et à groupe unique a été mené en ouvert.
  • Critère d’évaluation principal : la probabilité de SSP à un an.
  • La qualité de vie liée à la santé a été évaluée à l’aide de l’Évaluation fonctionnelle du traitement du cancer du sein (Functional Assessment of Cancer Therapy-Breast) et de l’Indice des résultats de l’essai (Trial Outcome Index).
  • Financement : Pfizer Inc.

Principaux résultats

  • La durée médiane du traitement était de 33,0 mois (intervalle : 1,8–49,2).
  • La probabilité de SSP à 1 an était de 75,6 % (IC à 90 % : 62,4–84,7 %).
  • La SSP médiane était de 35,7 mois (IC à 95 % : 21,7–46,7).
  • Le taux de réponse objective était de 47,6 % (IC à 95 % : 32,0–63,6 %).
  • Le taux de contrôle de la maladie était de 85,7 % (IC à 95 % : 71,5–94,6 %).
  • Les événements indésirables liés au traitement les plus fréquents (tous grades confondus ; grades 3/4) étaient :
    • la neutropénie (100,0 % ; 92,9 %) ;
    • la leucopénie (83,3 % ; 59,5 %) ;
    • la stomatite (76,2 % ; 0 %).
  • La QdV liée à la santé était stable tout au long de l’essai, sans détérioration cliniquement significative.

Limites

  • Essai à groupe unique mené en ouvert.