Cancer du poumon : une intubation au SU est associée à une survie plus défavorable à court terme

  • Shin SH & al.
  • Sci Rep
  • 20 mars 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer, ayant débuté la ventilation artificielle dans un service d’urgence (SU) avant d’être admis en unité de soins intensifs (USI), le cancer du poumon était associé à une survie à 28 jours significativement plus défavorable, comparativement aux autres cancers.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’utilité des soins en USI pour les patients atteints d’un cancer du poumon est controversée ; le cancer du poumon est associé à environ 16 % de l’ensemble des admissions en USI.

Protocole de l’étude

  • 212 patients atteints d’un cancer ont été intubés dans un SU avant d’être admis en USI.
  • Cas :
    • cancer hors poumon non métastatique : 20,3 % ;
    • cancer du poumon non métastatique : 9,9 % ;
    • cancer hors poumon métastatique : 32,1 % ;
    • cancer du poumon métastatique : 37,7 %.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Mortalité à 28 jours :
      • cancer hors poumon non métastatique : 44,2 % ;
      • cancer du poumon non métastatique : 52,4 % ;
      • cancer hors poumon métastatique : 63,2 % ;
      • cancer du poumon métastatique 66,2 %.
    • La mortalité était significativement plus élevée chez les patients atteints d’un cancer hors poumon métastatique (RCc : 4,24 ; IC à 95 % : 1,32–13,65) et chez les patients atteints d’un cancer du poumon métastatique (RCc : 7,17 ; IC à 95 % : 2,14–24,01), comparativement aux patients atteints d’un cancer hors poumon non métastatique.
    • Les patients atteints d’un cancer du poumon métastatique présentaient un risque de mortalité à 28 jours significativement plus élevé que ceux atteints d’un cancer hors poumon métastatique (RC : 5,89 ; IC à 95 % : 1,48–23,36).
    • Les autres facteurs indépendants de risque de mortalité à 28 jours comprenaient l’insuffisance respiratoire liée à un sepsis, la réanimation cardiopulmonaire pour une insuffisance respiratoire sans sepsis et la défaillance organique aiguë.

    Limites

    • Étude rétrospective monocentrique.