Cancer du poumon : plus de 90 % des consommateurs de tabac souffrent d’un trouble lié au tabac

  • Paik SH & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Plus de 90 % des patients à l’étude atteints d’un cancer du poumon ayant consommé du tabac au cours de l’année précédant leur diagnostic présentaient également un trouble lié au tabac (TLT), grave dans la plupart des cas.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les critères pour le TLT ont changé de façon significative entre le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux IV (DSM-IV) et le DSM-V.
  • L’Association internationale pour l’étude du cancer du poumon (International Association for the Study of Lung Cancer) a récemment publié une déclaration invitant les médecins à dépister la consommation de tabac chez leurs patients et à leur conseiller d’arrêter.

Protocole de l’étude

  • 200 patients atteints d’un cancer du poumon et ayant consommé du tabac dans l’année précédant le diagnostic ont été inclus.
  • Financement : Services nationaux d’assurance maladie, République de Corée.

Principaux résultats

  • 78,5 % des patients ont reçu un diagnostic de dépendance à la nicotine selon les critères du DSM-IV ; 27,5 % présentaient une dépendance sévère.
  • 92,0 % des patients ont reçu un diagnostic de TLT selon les critères du DSM-V ; 63,0 % présentaient un trouble sévère.
  • 73,0 % avaient tenté d’arrêter de fumer ; 41,5 % plus d’une fois.
  • 42,5 % ont arrêté avec succès en moins de 3 mois, et 30,5 % en 3 mois ou plus.
  • 30,0 % avaient suivi un traitement de sevrage tabagique, y compris des conseils, un traitement de substitution nicotinique et/ou une pharmacothérapie.
  • Les patients atteints d’un TLT sévère, par rapport à ceux atteints d’un TLT modéré, étaient moins susceptibles d’avoir tenté d’arrêter de fumer plus de 3 fois (21,4 % contre 63,2 % ; P = 0,009).
  • Le nombre de critères du DSM-V pour le TLT satisfaits était associé à un taux de tabagisme cumulé sur une vie entière (P = 0,001), à un nombre de cigarettes/jour (P = 0,032) et à un test de Fagerström pour le score de dépendance à la nicotine (P = 0,001).

Limites

  • La consommation de tabac était auto-rapportée.