Cancer du poumon : le préconditionnement hypoxique stimule la fonction pulmonaire

  • Zhang W & al.
  • BMC Anesthesiol
  • 11 nov. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Faire l’objet d’un préconditionnement hypoxique (PCH) avant une lobectomie par thoracoscopie pour un cancer du poumon était associé à une meilleure oxygénation pulmonaire postopératoire et à une meilleure fonction pulmonaire, ainsi qu’à une durée d’hospitalisation plus courte.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études cliniques et précliniques ont suggéré que le PCH pouvait protéger les organes après l’intervention chirurgicale, mais aucune étude n’avait été menée auprès de patients atteints d’un cancer du poumon.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé prospectif a été mené.
  • 70 patients atteints d’un cancer du poumon, qui ont fait l’objet d’une lobectomie par thoracoscopie élective, ont fait l’objet d’un PCH préchirurgical (n = 38) ou reçu les soins habituels (groupe témoin, n = 32).
  • L’oxygénation pulmonaire était mesurée à l’aide du rapport pression partielle de l’oxygène dans le sang artériel (Pressure of Arterial Oxygen, PaO2)/fraction inspirée en oxygène (FiO2).
  • Financement : Fonds pour la santé et la planification familiale de la Commission municipale de Zhoushan ; autres.

Principaux résultats

  • L’oxygénation pulmonaire était significativement plus élevée dans le groupe PCH que dans le groupe témoin trente minutes après la ventilation unipulmonaire (PaO2/FiO2 : 2,01 contre 1,83 ; P 2/FiO2 : 1,95 contre 1,74 ; P 
  • Sept jours après l’intervention chirurgicale, le groupe PCH présentait une meilleure capacité vitale forcée (2,77 contre 2,54 ; P 
  • Le groupe PCH a présenté une durée d’hospitalisation postopératoire significativement plus courte (8,32 contre 10,87 jours ; P 
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau de l’incidence de complications pulmonaires ou de la morbidité postopératoire globale.

Limites

  • Échantillon de petite taille.