Cancer du poumon : la Société respiratoire européenne appelle l’UE à introduire de nouvelles mesures pour lutter contre la maladie


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société respiratoire européenne (European Respiratory Society, ERS) a appelé l’Union européenne (UE) à déployer un certain nombre de mesures visant à réduire le fardeau du cancer du poumon dans la région.

L’ERS a lancé cet appel à l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer du poumon le 1er août.

La Société a souligné que le cancer du poumon, autrefois rare, est aujourd’hui l’un des cancers les plus courants en Europe et qu’il fait chaque année plus de morts que les cancers du sein, du côlon et de la prostate réunis, les principaux facteurs à l’origine de son essor étant l’augmentation de l’exposition au tabac et de la pollution de l’air.

Cette journée de sensibilisation annuelle offre l’opportunité à la communauté du domaine de la santé publique de mieux faire connaître les facteurs de risque du cancer du poumon, de proposer des solutions de prévention, d’assurer la détection précoce du cancer et d’améliorer les résultats cliniques des patients ainsi que leur qualité de vie.

« Bien que les communautés des domaines de la santé respiratoire et de l’oncologie fassent progresser chaque jour la recherche scientifique et le traitement clinique du cancer du poumon, nous devons continuer à favoriser le développement d’autres changements de politiques pour lutter contre le cancer du poumon », a déclaré l’ERS.

L’ERS recommande que l’UE :

  • augmente le financement des recherches médicales ;
  • permette aux citoyens européens de respirer un air propre ;
  • encourage les États membres à adopter et à mettre en œuvre une législation anti-tabac ;
  • développe des recommandations européennes sur le dépistage du cancer du poumon ;
  • protège les travailleurs de l’exposition professionnelle aux facteurs de risque ;
  • soutienne les États membres dans la gestion de leur système de santé.