Cancer du poumon : l’exposition aux gaz d’échappement des moteurs diesel est associée à une augmentation du risque

  • Ge C & al.
  • Am J Respir Crit Care Med
  • 24 avr. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’exposition professionnelle aux gaz d’échappement des moteurs diesel est associée à un risque significativement accru de cancer du poumon chez les hommes, mais pas chez les femmes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le Centre international de recherche sur le cancer considère les gaz d’échappement des moteurs diesel comme un cancérogène humain du groupe 1.

Protocole de l’étude

  • 16 901 cas de cancer du poumon et 20 965 cas témoins issus de 14 hôpitaux dans 13 pays d’Europe et au Canada ont été analysés.
  • Financement : Assurance sociale allemande contre les accidents.

Principaux résultats

  • Toute exposition professionnelle était associée à un risque accru de cancer du poumon chez les hommes :
    • rapport de cotes (RC) de 1,22 (IC à 95 % : 1,15–1,29).
    • Le risque de cancer du poumon a augmenté proportionnellement à l’augmentation de la durée d’exposition et de l’exposition cumulée (P 
  • Le risque de cancer du poumon (RC ; IC à 95 %) chez les hommes était plus élevé :
    • à la durée d’exposition la plus faible de 1–9 ans : 1,07 (1,00–1,16) ;
    • avec une exposition cumulée comprise entre plus de 0 et 22 μg/m3 par an : 1,09 (1,00–1,19).
  • L’augmentation de l’exposition cumulée était associée à une augmentation du risque de carcinome épidermoïde (P 
  • Les hommes avec l’exposition la plus forte présentaient également un risque accru (RC ; IC à 95 %) :
    • d’adénocarcinome : 1,23 (1,09–1,39) ;
    • de carcinome à grandes cellules : 1,31 (1,02–1,67).
  • L’exposition cumulée était associée à une augmentation du taux de cancer du poumon chez les hommes, indépendamment des antécédents de tabagisme.
  • Aucune association n’a été observée chez les femmes.

Limites

  • Étude rétrospective.