Cancer du poumon, événements thromboemboliques et saignements majeurs

  • BMC Cancer

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude française montre que parmi les patients qui ont reçu un diagnostic de cancer du poumon :

  • 8,2%, 3,6% et 13,4% d’entre eux font respectivement un événement thromboembolique veineux, une embolie pulmonaire ou un saignement majeur dans l’année qui suit le diagnostic de cancer ;
  • Entre 50 et 60% de ces sujets décéderont dans l’année du diagnostic de cancer.

Ces données appellent à la réalisation d’études spécifiques afin d’analyser le type et la durée de la prophylaxie la plus adéquate pour limiter la survenue de ces événements.

Méthodologie

Les données analysées sont issues de la base d’information du système national de santé français (données intra- et extra-hospitalières). Elles ont été recueillies entre 2009 et 2016. Les patients ont été suivis durant un an à partir de la date du diagnostic. Tous les cas d’événement thrombotique et de saignements majeurs survenant dans l’année suivant le diagnostic de cancer ont été identifiés.

Principaux résultats

Sur les 2.553 patients souffrant de cancer du poumon ayant été inclus dans l’étude (âge moyen 67 ans), 8,2% ont connu un événement thromboembolique dans l’année suivant le diagnostic de cancer, 3,6% une embolie pulmonaire et 13,2% un saignement majeur. Parmi les 341 cas de saignement majeur, 55 étaient d’ordre digestif, 22 intracrâniens.

Le pronostic vital de ces patients est sombre puisque près de la moitié de ceux qui ont eu un événement thromboembolique, près de 60% de ceux qui ont eu une embolie pulmonaire et 55% de ceux qui ont eu un saignement majeur sont décédés au cours du suivi. Parmi les patients qui ont développé un saignement majeur, 22,9% ont eu un traitement anticoagulant durant les deux mois précédents l’événement, 34% un antiplaquettaire et 49,6% l’un ou l’autre. Enfin, 8,5% des sujets étaient sous AINS avant le saignement majeur. Au global, le risque de saignement majeur était fortement augmenté en cas de thromboembolie veineuse (18,3% versus 12,9% pour ceux qui n’avaient pas développé cet évènement). La moitié des saignements n'ont pas été reliés à un facteur pharmaceutique. Le risque de saignement majeur était augmenté de 40% chez les plus de 65 ans. En revanche, il était diminué de 27% chez les femmes par rapport aux hommes. Le risque de saignement était augmenté en cas d’embolie pulmonaire (HR 2,90) et de chirurgie du poumon (HR 2,54). La chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et la présence de métastases étaient associées à une augmentation des risques d'évènement tromboembolique et de saignement majeur.

Limitations

La cause du décès n’était pas rapportée. Aucune donnée sur l'automédication des patients n'était disponible.