Cancer du poumon : des stéroïdes à dose élevée et une RCTC sont associés à un risque plus élevé de PPJ

  • Lee EH & al.
  • Sci Rep
  • 14 févr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon qui ont fait l’objet d’un traitement par stéroïdes prolongé à dose élevée (dose équivalente à 20 mg de prednisolone par jour pendant au moins 3 semaines) et d’une radiochimiothérapie concomitante (RCTC) présentaient un risque plus élevé de développer une pneumonie à Pneumocystis jirovecii (PPJ), comparativement aux patients n’ayant pas fait l’objet de ces traitements.

Pourquoi est-ce important ?

  • Quelques rapports ont été publiés concernant la PPJ chez les patients atteints d’un cancer, mais peu d’informations étaient disponibles concernant cette infection dans le cadre du cancer du poumon.
  • Une prophylaxie contre la PPJ doit être envisagée chez les patients à haut risque. 

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 112 patients atteints d’un cancer du poumon et d’une PPJ et de 336 patients atteints d’un cancer du poumon sans PPJ (témoins).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • L’âge médian, le sexe, l’histopathologie et le stade de la maladie étaient similaires entre les groupes.
  • 59,8 % des patients avaient reçu des stéroïdes au cours du mois précédant le diagnostic de PPJ.
  • 61,6 % sont décédés au cours du traitement de la PPJ : 72,5 % d’une insuffisance respiratoire, 14,5 % d’une progression du cancer et 13,0 % d’une insuffisance respiratoire associée à une progression du cancer.
  • La PPJ était associée de manière indépendante à un traitement par stéroïdes prolongé à dose élevée (RCc : 1,96 ; P = 0,032) et à une RCTC (RCc : 2,09 ; P = 0,004).
  • La chirurgie était également associée de manière inverse à la PPJ (RCc : 0,42 ; P = 0,008), probablement car les patients chirurgicaux étaient moins susceptibles de faire l’objet d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.