Cancer du poumon avec métastases cérébrales : la RTCE initiale permet d’améliorer la réponse et la survie

  • Li C & al.
  • Cancer Manag Res
  • 1 janv. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un adénocarcinome du poumon EGFR+ avec métastases cérébrales (MC) qui ont fait l’objet d’une radiothérapie du cerveau entier (RTCE) avant un traitement par inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) ont obtenu une amélioration significative de la SG et du taux de réponse objective (TRO), comparativement à ceux ayant fait l’objet d’une RTCE en concomitance avec ou après le traitement par ITK-EGFR.
  • Cependant, les patients qui obtiennent un score élevé à l’évaluation graduée du pronostic spécifique à la maladie (Disease-Specific Graded Prognostic Assessment, DS-GPA) doivent faire l’objet d’une RTCE immédiatement après le traitement par ITK-EGFR.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant l’effet de l’ordre de la séquence RTCE et ITK-EGFR sur les résultats étaient insuffisantes.

Protocole de l’étude

  • 195 patients atteints d’un adénocarcinome du poumon EGFR+ ont fait l’objet d’une RTCE et d’un traitement par ITK-EGFR.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine et autres.

Principaux résultats

  • 67 patients ont d’abord fait l’objet d’une RTCE, 64 ont reçu les deux traitements de manière concomitante, et 64 ont d’abord reçu le traitement par ITK-EGFR.
  • Faire l’objet d’une RTCE en premier était associé à une amélioration significative du TRO, comparativement au fait de recevoir les deux traitements de manière concomitante ou de commencer par les ITK-EGFR (82 % contre 64 % contre 63 % ; P = 0,004).
  • Faire l’objet d’une RTCE en premier était associé à une SG significativement plus longue (36 mois), comparativement au fait de recevoir les deux traitements de manière concomitante (25 mois ; P = 0,006) ou de commencer par les ITK-EGFR (25 mois ; P 
  • Faire l’objet d’une RTCE en premier était associé à une amélioration de la SG, comparativement au fait de recevoir les deux traitements de manière concomitante (rapport de risque corrigé [RRc] : 1,373 ; P = 0,006) ou de commencer par les ITK-EGFR (RRc : 1,917 ; P = 0,004).
  • Le fait de recevoir le traitement par ITK-EGFR en premier ou les deux traitements de manière concomitante était associé à une amélioration de la SG chez les patients avec un score DS-GPA plus élevé (2–3), comparativement à ceux ayant un score DS-GPA compris entre 0 et 1,5 (P = 0,023).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.