Cancer du pancréas : une étude identifie le meilleur moment pour l’instauration du traitement adjuvant

  • Ma SJ & al.
  • JAMA Netw Open
  • 2 août 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’instauration du traitement adjuvant 28–59 jours après la résection était associée aux meilleurs résultats de survie chez les patients atteints d’un cancer du pancréas de stade I/II.
  • Une instauration après 59 jours était associée à une meilleure survie, par rapport à l’absence de traitement adjuvant.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures n’ont identifié aucune différence de survie en cas de report, mais elles pourraient avoir manqué la fenêtre optimale.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée auprès de 7 548 patients issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 5 453 patients (72,2 %) ont reçu un traitement adjuvant, dont 42,7 % dans la plage de 40–60 jours après la résection.
    • 269 patients ont commencé tôt (moins de 28 jours après la résection).
    • 3 048 patients étaient inclus dans le groupe de référence (28–59 jours après la résection).
    • 2 136 patients ont commencé tard (plus de 59 jours après la résection).
  • La durée de suivi médiane était de 38,6 mois.
  • La mortalité la plus faible était associée au groupe de référence (jours 28–59) :
    • Mortalité dans le groupe avec traitement précoce, comparativement au groupe de référence : rapport de risque (RR) de 1,17 ; P = 0,03.
    • Mortalité dans le groupe avec traitement tardif, comparativement au groupe de référence : RR de 1,09 ; P = 0,008.
  • Dans les paires appariées selon les scores de propension, le groupe de référence a présenté une meilleure SG à deux ans :
    • comparativement au groupe avec traitement précoce (268 paires) : 52,5 % contre 45,1 % (P = 0,02) ;
    • et comparativement au groupe avec traitement tardif (2 042 paires) : 51,3 % contre 45,4 % (P = 0,01).
  • Le groupe avec traitement tardif a présenté une meilleure SG, comparativement à la chirurgie seule, dans le cadre d’une analyse multivariée (RR : 0,75 ; P 

Limites

  • Analyse rétrospective.