Cancer du pancréas : un modèle informatique décode la stratégie thérapeutique optimale

  • Yamamoto KN & al.
  • PLoS ONE
  • 1 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un modèle informatique suggère les meilleures façons d’utiliser le schéma FOLFIRINOX, la gemcitabine (GEM) et l’association GEM et nab-paclitaxel chez les patients atteints d’un adénocarcinome canalaire pancréatique (ACCP).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ACCP présente des variations importantes en termes de progression de la maladie et de réponse thérapeutique, ce qui représente un défi au moment du choix du traitement.

Protocole de l’étude

  • Un modèle informatique a été établi à partir de 1 089 patients examinés à l’Hôpital général du Massachusetts (Massachusetts General Hospital), puis validé à l’aide d’une cohorte indépendante issue du Collège médical d’Osaka (n = 73).
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • Le modèle part du principe que la vitesse de division cellulaire tumorale diminue à mesure que la tumeur grandit, jusqu’à arriver à une taille maximale. La capacité maximale de la tumeur primitive est définie par l’indice de progression locale (Local Advancement Index, LAI).
  • Les patients présentant un LAI faible (moins de 5 000 000 000 de cellules) sont plus susceptibles de développer une maladie métastatique. Un LAI plus important est associé à une maladie localement progressive.
  • Chez les patients présentant un LAI supérieur au LAI médian, ou qui ont fait l’objet d’un traitement d’induction par FOLFIRINOX, le recours à la radiothérapie après la chimiothérapie d’induction a entraîné une amélioration de la survie.
  • Chez les patients atteints d’un ACCP résécable, l’ajout d’une chimiothérapie néoadjuvante à la chimiothérapie adjuvante permet d’améliorer la survie (P 
  • Les interruptions temporaires de la chimiothérapie n’ont aucun effet sur la SG ; des pauses thérapeutiques sont donc possibles chez les patients présentant des événements indésirables associés au schéma FOLFIRINOX.

Limites

  • Modèle informatique.