Cancer du pancréas : quelles tendances à travers le monde ?

  • Lancet Gastroenterol Hepatol
  • 1 déc. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Selon les données de la littérature, parmi tous les cancers, celui du pancréas est l’un de ceux ayant le plus mauvais pronostic. Le taux de survie à 5 ans ne serait en effet que d’environ 5%. Une étude a évalué les données d’incidence et de mortalité fournies par 195 pays et territoires entre 1990 et 2017. Au cours des 3 dernières décennies, les taux d’incidence et de mortalité liés à ce cancer ont globalement augmenté quels que soient les niveaux socio-démographiques. Dans les zones où le niveau socio-démographique est le plus élevé, il pourrait être en lien avec le vieillissement de la population, les choix de style de vie et l’augmentation de l’exposition à certains facteurs. 

L’augmentation substantielle de l’incidence et de la mortalité de ce cancer à travers le monde et notamment dans les populations à niveau socio-économique élevé laisse supposer une influence plus forte de l’environnement et des habitudes de vie que des facteurs génétiques. Ces variations suggèrent également des différences de qualité d’enregistrement des cas et des outils diagnostiques entre les différentes zones évaluées. Selon les auteurs, l’augmentation du taux standardisé d’incidence et de mortalité sur la période 1990 à 2017 serait potentiellement due à l’augmentation de la prévalence de l’obésité et du diabète (l’augmentation de l’IMC et de la glycémie à jeun étant deux facteurs de risque majeurs identifiés). Certaines données de la littérature indiquent que ce cancer agressif pourrait devenir la seconde cause de décès par cancer dans certaines régions du monde, notamment du fait du vieillissement de la population. 

Protocole de l’étude

Cette étude épidémiologique entre dans le cadre d’un programme mondial intitulé Global Burden of Diseases, Injuries, and Risk Factors Study(GBD), financé par la fondation Bill & Melinda Gates. 

Principaux résultats

Entre 1990 et 2017, l’incidence globale de ce cancer a augmenté de 5,0/100.000 à 5,7/100.000 personnes-années. Le nombre de décès liés à ce cancer a suivi la même évolution, conduisant à un taux de mortalité standardisé sur l’âge de 8,1 en 1990 et de 8,6/100.000 en 2017. 

L’incidence et la mortalité de ce cancer varient considérablement d’une région à une autre du monde. Elles seraient légèrement prédominantes chez l’homme. Si l’origine de cette différence n’est pas totalement expliquée, elle pourrait en partie être due au fait que les femmes fument globalement moins que les hommes, le tabac étant un facteur de risque majeur. Les facteurs de risque liés à ce cancer ne sont pas clairement identifiés partout dans le monde, cependant le mode de vie et l’environnement restent les plus incriminés. 

Quid de l’Europe de l’Ouest ?

L’Europe de l’Ouest figurait parmi les 3 principales régions du monde pour lesquelles les taux d’incidence et de mortalité par cancer du pancréas selon l’âge étaient les plus élevés en 2017 (les deux autres étant les pays d’Asie du Pacifique à hauts revenus et l’Amérique du Nord). En revanche, l’augmentation des taux d’incidence et de décès normalisés par âge entre 1990 et 2017 étaient moins marqués dans ces régions que dans de nombreuses autres, comme les Caraïbes, l’Amérique latine ou l’Asie centrale.

Principales limitations

Certaines données peuvent manquer de qualité selon les régions du monde concernées.