Cancer du pancréas métastatique : un essai compare FOLFIRINOX à l’association gemcitabine et nab-paclitaxel

  • Klein-Brill A & al.
  • JAMA Netw Open

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du traitement de première intention de l’adénocarcinome du pancréas métastatique, le schéma leucovorine calcique (acide folinique), fluorouracile, chlorhydrate d’irinotécan et oxaliplatine (FOLFIRINOX) a été associé à une amélioration de la survie et à une réduction des complications post-traitement, comparativement à l’association gemcitabine et nab-paclitaxel.

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucun essai n’a comparé directement FOLFIRINOX à l’association gemcitabine et nab-paclitaxel.
  • Ces données suggèrent qu’un essai clinique randomisé comparant ces schémas thérapeutiques est nécessaire.

Méthodologie

  • Une étude comparative rétrospective de l’efficacité, non randomisée, a été menée à partir des données du programme sur la qualité des soins (Cancer Care Quality Program) d’AIM Specialty Health-Anthem et des demandes administratives de remboursement auprès des assurances.
  • Des patients atteints d’un cancer du pancréas de stade IV (n = 1 102) traités entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2019, puis suivis jusqu’au 30 juin 2020, ont été inclus dans cette analyse.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • 51,4 % des patients ont reçu le schéma FOLFIRINOX et 48,6 % ont reçu l’association gemcitabine et nab-paclitaxel dans le cadre d’un traitement palliatif de première intention.
  • La survie globale (SG) médiane était de 9,27 mois et de 7,10 mois (P = 0,003) pour les patients traités par FOLFIRINOX et l’association gemcitabine et nab-paclitaxel, respectivement.
  • Dans une cohorte en intention de traiter, l’écart de SG était encore plus important (9,2 mois pour FOLFIRINOX, contre 6,01 mois pour l’association gemcitabine et nab-paclitaxel ; P < 0,001).
  • Le groupe FOLFIRINOX a présenté une réduction de 17,3 % des hospitalisations dans les 14 jours suivant le premier traitement (P = 0,03).

Limites

  • Les pratiques de codage ne sont pas forcément représentatives des décisions cliniques.
  • La méthodologie était rétrospective, observationnelle et non randomisée.
  • Les groupes de traitement présentaient des différences au niveau des caractéristiques démographiques et cliniques.