Cancer du pancréas localement avancé : l’association nab-paclitaxel et gemcitabine se montre prometteuse

  • Philip PA & al.
  • Lancet Gastroenterol Hepatol
  • 14 janv. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le délai médian jusqu’à l’échec du traitement pour l’association nab-paclitaxel et gemcitabine a dépassé la cible spécifiée par le protocole dans le cadre du cancer du pancréas localement avancé.           

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucune donnée prospective n’est disponible pour l’association nab-paclitaxel et gemcitabine ou pour FOLFIRINOX (leucovorine, fluorouracile, irinotécan et oxaliplatine) dans le cadre du cancer du pancréas localement avancé.

Protocole de l’étude

  • Un essai clinique international de phase II a été mené en ouvert (LAPACT ; N = 107).
  • Les patients ont reçu 6 cycles de traitement d’induction par nab-paclitaxel et gemcitabine, suivis du choix de l’investigateur parmi une poursuite du traitement par nab-paclitaxel et gemcitabine, une radiochimiothérapie ou une chirurgie.
  • Financement : Celgene.

Principaux résultats

  • 58 % des patients ont terminé le traitement d’induction, et 44 % ont poursuivi le traitement après le traitement d’induction (11 % avec l’association nab-paclitaxel et gemcitabine, 17 % avec une radiochimiothérapie, 16 % avec la chirurgie).
  • 17 patients ont fait l’objet d’une chirurgie. Sept ont obtenu un statut de résection R0, neuf un statut de résection R1.
  • Le délai médian jusqu’à l’échec du traitement était de 9,0 mois (IC à 90 % : 7,3–10,1), ce qui était supérieur à la cible spécifiée par le protocole de 6,6 mois.
  • Survie sans progression (SSP) médiane : 10,9 mois (IC à 90 % : 9,3–11,6).
  • Survie globale (SG) médiane : 18,8 mois (IC à 90 % : 15,0–24,0).
  • Taux de contrôle de la maladie pendant le traitement d’induction : 77,6 % (IC à 90 % : 70,3–83,5 %).
  • Taux de réponse globale pendant le traitement d’induction : 33,6 % (IC à 90 % : 26,6–41,5 %).
  • Les événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 liés au traitement pendant le traitement d’induction comprenaient la neutropénie (33 %), l’anémie (11 %) et la fatigue (10 %).
  • Les événements indésirables graves liés au traitement pendant le traitement d’induction comprenaient la pneumonie (5 %), la pyrexie (5 %) et la neutropénie fébrile (3 %).

Limites

  • Essai non contrôlé.
  • Protocole en ouvert.