Cancer du pancréas : la radiochimiothérapie à faisceaux de protons offre une meilleure survie

  • Radiother Oncol

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiochimiothérapie concomitante (RCTC) à faisceaux de protons permet de prolonger la SG et le contrôle local (CL), comparativement à la RCTC à faisceaux de photons, chez les patients atteints d’un cancer du pancréas non résécable localement avancé.
  • Le traitement semble sûr et efficace chez ces patients.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les faisceaux de protons peuvent être plus ciblés que les faisceaux de photons, ce qui permet de délivrer des doses plus importantes, tout en préservant les tissus gastro-intestinaux.

Principaux résultats

  • Tous les événements indésirables de grade plus élevé étaient hématologiques, non gastro-intestinaux, et tous étaient aigus.
  • À partir du début de la RCTC :
    • SG à 1 an : 77,8 % ;
    • SG à 2 ans : 50,8 % ;
  • survie médiane : 25,6 mois.
  • À partir du début de la RCTC :
    • CL à 1 an : 83,3 % ;
    • CL à 2 ans : 78,9 % ;
  • délai médian jusqu’à la récidive locale : >36 mois.
  • La dose totale de rayonnements était le facteur pertinent pour les résultats de SG (P = 0,015) et de CL (P = 0,023).
  • Pour comparaison, les taux de SG à deux ans étaient les suivants pour les autres types de traitement : 
    • la radiochimiothérapie conformationnelle 3D : 2,8–13 % ;
    • la radiothérapie modulée : 22–32,9 % ;
    • la RCTC par photonthérapie : 11 %.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 42 patients âgés de 39 à 83 ans et atteints d’un cancer du pancréas de stade III (n = 41) ou IIB (n = 1) localement avancé.
  • 12 ont reçu une dose conventionnelle de 50 Gray équivalents (GyE) en 25 fractions ; 30 ont fait l’objet d’un protocole avec une dose plus élevée comprise entre 54,0 et 67,5 GyE en 25–33 fractions.
  • La chimiothérapie était composée de gemcitabine ou de S1 (tégafur-giméracil-otéracil).
  • Financement : ministère japonais de l’Éducation, des Sciences, des Sports et de la Culture ; Agence japonaise pour la recherche et le développement dans le domaine médical.

Limites

  • Étude rétrospective ; quelques différences ont été observées au niveau des schémas de prétraitement.