Cancer du nasopharynx : un faible taux d’albumine sérique prédit des résultats défavorables dans une méta-analyse

  • Yang H & al.
  • Clin Otolaryngol
  • 1 oct. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un taux d’albumine sérique faible avant le traitement prédit des résultats plus défavorables et peut être utilisé pour la stratification du risque dans le cadre du carcinome du nasopharynx (CNP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le taux d’albumine sérique est régulièrement utilisé comme indice nutritionnel dans la pratique clinique.
  • Le taux avant le traitement a été associé au pronostic dans le cadre du carcinome hépatocellulaire, du cancer colorectal et du cancer du poumon.
  • Sa valeur dans le cadre du CNP est controversée en raison de la faible quantité de données.

Principaux résultats

  • Un taux d’albumine sérique faible avant le traitement (les seuils utilisés étaient compris entre 35 et 47 g/l) prédit une SG (rapport de risque [RR] : 1,32 ; P 
  • Lors de l’analyse des sous-groupes, un taux d’albumine faible prédisait une SG et une SSMD plus défavorables chez les patients atteints d’un CNP non métastatique (RR : 1,40 [P 

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 10 études rétrospectives incluant 7 339 patients atteints d’un CNP.
  • Financement : Fonds pour la science et la technologie du Bureau de santé de Tianjin.

Limites

  • Hétérogénéité des études incluses.
  • Seules des études rétrospectives ont été incluses.