Cancer du nasopharynx : le CDA de la tumeur primitive prédit la rechute locale

  • Huang TX & al.
  • BMC Cancer
  • 17 mai 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le coefficient de diffusion apparent (CDA) de la lésion primitive avant le traitement est associé à la survie sans rechute locale (SSRL) et à la SSM chez les patients atteints d’un carcinome du nasopharynx localement avancé (CNP-LA).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’identification des facteurs pronostiques peut améliorer la prise en charge des patients ; le CDA est obtenu grâce à une IRM pondérée en diffusion, et il a déjà démontré sa valeur pronostique dans des études à petite échelle.

Principaux résultats

  • À une valeur seuil de 784,5 × 10-6mm2/seconde, le CDA avait une sensibilité de 0,640, une spécificité de 0,574, et une aire sous la courbe de 0,604 pour la prédiction d’une rechute locale.
  • Les patients avec un CDA faible (inférieur à la valeur seuil) présentaient une amélioration de la SSRL à 3 ans (96,2 % contre 91,4 % ; P = 0,003) et de la SSM à 3 ans (81,4 % contre 73,0 % ; P = 0,0056), comparativement aux patients avec un CDA élevé (supérieur ou égal à la valeur seuil).
  • Le CDA était associé de manière indépendante à la SSRL (rapport de risque [RR] : 2,04 ; P = 0,017) et à la SSM (RR : 1,41 ; P = 0,024) à l’analyse multivariée.

Protocole de l’étude

  • 843 patients atteints d’un CNP-LA nouvellement diagnostiqué ont été inclus.
  • Financement : Aucun.

Limites

  • Étude rétrospective.
  • Pas de standardisation des paramètres d’imagerie.