Cancer du nasopharynx : la chimiothérapie concomitante n’apporte aucun bénéfice dans le cadre de la maladie de stade N2–3

  • Chang H & al.
  • Cancer Med
  • 21 avr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chimiothérapie concomitante (CTC) n’est associée à aucune amélioration de la survie, mais à la survenue de toxicités plus aiguës, chez les patients atteints d’un carcinome du nasopharynx (CNP) de stade N2–3 traités par chimiothérapie néoadjuvante et radiothérapie avec modulation d’intensité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que la CTC doit être utilisée avec précaution dans cette population de patients.

Principaux résultats

  • Après un appariement selon les scores de propension, les patients traités par CTC ont obtenu des résultats similaires en termes de SG (77,7 % contre 73,4 % ; P = 0,083), de SSM (71,1 % contre 65,9 % ; P = 0,121), de survie sans récidive (87,4 % contre 86,0 % ; P = 0,225) et de survie sans métastase (78,9 % contre 73,8 % ; P = 0,248), par rapport aux patients ne faisant pas l’objet d’une CTC.
  • Les patients traités par CTC présentaient une incidence plus élevée de myélosuppression (38,1 % contre 12,3 %), de nausées/vomissements (21,2 % contre 3,2 %), de mucite orale (49,2 % contre 16,9 %), de dermatite cervicale (48,3 % contre 16,9 %), de xérostomie (40,9 % contre 13,6 %), de myélosuppression de grade 3/4 (13,0 % contre 2,6 %) et de mucite orale de grade 3/4 (17,1 % contre 1,3 %), comparativement aux patients ne faisant pas l’objet d’une CTC (P 

Protocole de l’étude

  • Après un appariement selon les scores de propension, 616 patients atteints d’un CNP de stade N2–3, dont 154 ne faisaient pas l’objet d’une CTC et 462 en faisaient l’objet, ont été analysés afin de déterminer les résultats de survie et de toxicité.
  • Financement : Projet de planification en sciences et technologie de la province du Guangdong, Chine.

Limites

  • Étude observationnelle monocentrique.
  • Les toxicités tardives n’ont pas été rapportées.